Diplomacy and the Study of International Relations/Appendix I

From Wikisource
Jump to: navigation, search
Diplomacy and the Study of International Relations by D. P. HEATLEY
Appendix I


APPENDIX I

Extracts illustrative of the Function of the Am- bassador, the Qualities of the Diplomatist, and the Conduct of Negotiations


The Function of the Ambassador

(i) VERA, El Embaxador, translated into French under the title Le Parfait Ambassadeur : 1

Definition de la Charge d* Ambassadeur : * Un Conciliateur des affaires des Princes, un homme envoye de loin, pour traiter des affaires publiques, par election particuliere non avec des ruses ou finesses de guerre, mats avec V eloquence & la force de F esprit. Autres auteurs luy donnent cette definition : C'est, disent-ils, un sujet qui ressemble a un Mediateur d? amour. Et arm que cette comparaison ne vous semble pas indigne de la matiere, ecoutez ce que Platon en dit. // n'y a rien a dire de FOrateur au Cuysinier. Comme le bon Cuysinier avec ses divers assaison- nemens, donne bon goust a plusieurs viandes qui seroient fades toutes seules : ainsi 1'Orateur, avec la douceur de son eloquence & la variet6 des figures de Rhetorique, rend agreables plusieurs matieres qui seroient odieuses aux mesmes oreilles a qui elles plaisent, sans estre pourveues de cet ornement : Ainsi un Ambassadeur, est un Mediateur d'amour, qui par son industrie unit deux volontez contraires.' Le Parfait Ambassadeur,

PP- 3 2 -3-

  • L' Ambassadeur est apele, de quelques uns, 1'organe par

laquelle les pensees & les conceptions des absents se communi- quent, & PAmbassade 1'Art de conserver deux Princes en amitie.' Ibid., p. 36.

1 See above, pp. 1 52-3.


Functions of the Ambassador 217

Qui fut Vauteur de la premiere Ambassade : ' La necessite en fut 1'inventrice, quand la Deesse Pandore sema par le monde les calamitez & les travaux au lieu des biens que les Dieux luy avoient deposez. Apres ce siecle dore & heureux, que les hommes commencerent a habiter les maisons, & a diviser le propre d'avec celuy d'autruy, ce fut lors que les Ambassades furent introduites, pour essayer en remonstrant 1'equite, a recouvrer ce que 1'ambition & la force des uns, avoit usurpe sur la simplicite & la foiblesse des autres ; ou bien pour d'autres negoces & traitez : On dit que le Roy Bellus fut le premier qui se servit de ce moyen : mais les Poetes 1'attribuent a Palamedes.' Ibid., pp. 53-4.

(2) WICQUEFORT, L? Ambassadeur et ses Fonctions, translated into English by John Digby under the title, The Embassador and his Functions : l

Of the Function of the Embassador in general : a Messenger of Peace ; an honourable Spy : ' I make use of this Word on purpose to distinguish between the Functions and the Actions of an Embassador ; because the ones have a nearer Relation to the Character, and the others to the Person. The Embassa- dor does not always negotiate ; that is to say ; he ought not always to act the Embassador every where, and on all Occasions. I said elsewhere, that he ought to have a Tincture of the Comedian, 2 and I must here add, That perhaps in the whole Commerce of the World, there is not a more comical Personage than the Embassador. There is not a more illustrious Theatre than a Court ; neither is there any Comedy, where the Actors seem less what they are in effect, than Embassadors do in their Negotiation ; and there is none that represents more important Personages. But as the best Actor is not always upon the Stage, but changes his manner of Behaviour after the Curtain is drawn ; so the Embassador who has play'd his part well in the Functions of his Character, ought to act the Man of Honour and the Gentleman, when he comes to act the Comedian . . . This compound of Formalities, Decencies, and Circumspections may indeed form a politick Pedant, but not a perfect Embassa- dor, who ought to be a consummate gallant Man, that is to

1 See above, pp. 1 53-5. 2 See Callieres, below, p. 227.


2i 8 Illustrative Extracts concerning

say, a Man fram'd to the Mode of the Court. Nothing hinders an Embassador from seeing and entertaining the Ladies ; but if on these Occasions, where even Kings themselves show themselves communicative and familiar, he should affect to be grave, and keep up the Character of Embassador ; I would not say that he would thereby render himself ridiculous, but he would not be far from it. ... I have spoken ... of the Instruc- tion Queen Elizabeth gave in the Year 1570 to Francis Walsing- ham^ who went on her Part in the Quality of Embassador into France, It contains almost all the general Duties of an Embassador in Ordinary ... In these few Lines you find the two first Functions of an Embassador, who is represented there as a Messenger of Peace on one side, and as an honourable Spy on the other . . . One of the first Things that the Embassador ought to do, to succeed in the Profession of a Spy, is to study well the Humour and Genius of the Ministers that compose the Council of the Prince with whom he is to negotiate . . . All Ministers are Men, and as such they have their Foible . . . Commines says, there is not any Court but has Malecontents in it : and I think I may add ; there are none without Traytors ;

1 See Foreign Calendar, 1569-71 ; and the first 'instructions' in 'The Compleat Ambassador : or Two Treaties of the Intended Marriage of Qu: Elizabeth of Glorious Memory ; comprised in Letters of Negotiation of Sir Francis Walsingham, her Resident in France. Together with the Answers of the Lord of Burleigh, the Earl of Leicester, Sir Thos: Smith, & others. Wherein, as in a clear Mirror, may be seen the Faces of the two Courts of England and France, as they then stood ; with many remark- able passages of State, not at all mentioned in History. Faithfully collected by the truly Honourable Sir Dudley Digges Knight, late Master of the Rolls." Small folio, 1655, pp. (xiv + ) 441 (and Index of 6 pp.). 'A. H.' in his words 'To the Reader', written in 1654, says regarding Walsingham that the Papers brought together in this volume show ' how vigilant he was to gather true Intelligence ; what means and Persons he used for it ; how punctual he was in keeping to his Instructions, where he was limited; and how wary and judicious where he was left free ; still advancing, upon all occasions, the Reputation and Interest of his Great Mistress, with a most lively and indefatigable Devotion.' ' For the second Treatie,' writes ' A. H.', ' which was set on foot in the year 1581 with Monsieur the Duke of Alanson I do conceive that it was really intended by the French, and by the chief of the English Councel, except Leicester (who had pretensions of his own ;) but for her own Mind, what that really was, I must leave, as a thing doubly inscrutable, both as she was a Woman and a Queen '- ' To the Reader '.


Functions of the Ambassador 219

but as the Embassador must distrust these, so he ought not indifferently and without Distinction to put his Confidence in those : ... It requires a great Penetration to see to the Bottom of the Heart of Man, which is impenetrable to all other Understandings but the Divine. It is what no Rules nor Instructions can be given for, except in general, that the Embassador ought to form himself by his own Experience.' l V Ambassadeur et ses Fonctions, translated by Digby, pp. 294, 296, 300.

(3) CALLI ERES, De la Maniere de negocier avec les Souverains : 2

Des Fonctions du Negociateur : 3 ' Les fonctions d'un Ministre envoye dans un Pays etranger se peuvent reduire a deux principales ; 1'une est d'y trailer les affaires de son Prince, & 1 'autre est de decouvrir celles d'autrui.' 4

' II doit encore s'instruire exactement de 1'Etat de ses forces, tant de terre que de mer, du nombre de ses Places, si elles sont bien munies & bien fortifiees, de 1'etat de ses Ports, et ses Vaisseaux & ses Arcenaux, quelles troupes il peut mettre en campagne, tant de Cavalerie que d'Infanterie, sans degarnir ses places et ses frontieres ; quels sont ses revenus ordinaires et extraordinaires, & quel est son credit sur la bourse de ses sujets, s'ils sont affectionnez ou mecontens ; les intrigues qui sont dans sa Cour, s'il y a des factions & des partialitez dans son Etat & entre ses Ministres sur le gouvernement, ou sur la Religion ; sa depense annuelle, tant pour sa maison, que pour 1'entretien de ses troupes, & pour ses plaisirs, quelles sont ses alliances, tant offensives que defensives avec d'autres Puis- sances, & celles qui sont ennemies ou suspectes, qui sont les Princes et les fitats qui recherchent son amitie, quelles de- marches ils font pour cela, & a quelles fins, quel est le principal traffic qui se fait dans ses fitats, leur fertilite ou leur sterilite.' 5

1 See, further, Book ir, ch. ii, ' With whom the Embassador ought to negotiate ', pp. 301-6 ; ch. iii, ' How the Embassadors ought to negotiate ', pp. 306-15; ch. iv, 'The Embassador ought not to meddle with the Domestick Affairs of the State where he negotiates', pp. 315-22; ch. v, ' The Embassador ought to execute his Orders, and how ', pp. 322-8 (' Cardinal Mazartn's Orders were sometimes admirable, but very per- plexing ', p. 328). 2 See above, pp. 155-6.

3 ch. viii, pp. 85-100. 4 p. 85. 6 pp. 96-7.


22o Illustrative Extracts concerning

(4) MARTENS (Charles de), Le Guide diplomatique : l Des Fonctions de V agent diplomatique : ' Les fonctions du ministre sont la pratique de ses devoirs ; nous n'en saurions donner une definition a la fois plus courte et plus complete . . . La vigilance du ministre public s'etend a tout ce qui se passe sous ses yeux ... II y a des circonstances dedicates oil la con- duite des affaires exige d'aller au dela de la souplesse, et ou la ruse peut devenir necessaire et meme licite, surtout quand 1'agent qui y recourt se trouve excuse d'en faire usage par 1'emploi qu'on fait centre lui . . . II y a des moments critiques dans la vie des fitats ou il semble que les circonstances dans les- quelles ils se trouvent doivent tout absoudre ; mais il en est de semblables dans celle des individus, et qui oserait affirmer que, egalement menaces, les uns puissent s'affranchir de la loi et non les autres ? Faire de la corruption un moyen appli- cable a tous les cas ou elle peut etre profitable, c'est en faire aussi un dissolvant universel ; c'est ouvrir la porte a tous les scandales, c'est apprendre aux hommes a capituler avec leur conscience : la ou la venalite prevaut 1'honneur abdique.' 2


Qualities of the Diplomatist

I . Bon Ambassadeur : Eon Orateur : 3

(a) ' Pyrrhus afferma plusieurs fois qu'il avoit plus conquis de citez avec 1'Eloquence de Cineas, qu'avec les armes de ses guerriers. Pyrrhus avoit raison, car outre que Cineas le servoit avec un grand zele, il se gouvernoit fort prudemment & avoit si bonne memoire, qu'estant alle Ambassadeur a Rome, des le lendemain de son arrivee, a ce que dit Conrard, il sgavoit appeller tous les Senateurs par leur nom . . .' * I'appelle 4 vertu en 1'Ambassadeur, une Industrie absolue approuvee de plusieurs experiences, de sciences civiles, d'une connoissance parfaite des Histoires, d'une naturelle Eloquence & d'une connoissance generale de toutes les affaires qu'on luy peut commettre, & en

1 See above, pp. 1567.

2 Le Guide diplomatique, i, pp. 174, 174-5, 177.

3 Le Parfait Ambassadeur, pp. 177-8; p. 17, foot-note, above.

4 ' Louis ' speaking in Vera's dialogue.


Qualities of the Diplomatist 221

fin, d'une prudence & vivacite d'entendement, qui puisse donner une methode pour faire reiissir un affaire, ou pour detourner les obstacles qui s'y oposeront : d'autant qu'en cette prudence que i'entends, il s'y trouvera les especes delibera- tive, indicative, & preceptive ; qui sont requises en un Ambassa- deur ; a la premiere de ces especes appartient la faculte de discourir pour & centre la matiere qui se proposera ; la seconde, d'eclaircir la resolution qui se prendra ; & la preceptive, pour la mettre en execution . . . Et 1'on peut prouver par Athenes, Corinthe & Rome, que 1'antiquite ne concedoit iamais Ambas- sade a personne qu'il ne fust Orateur fort eminent. Georges Lontinus fut plusieurs fois en Ambassade a Athenes, non pas pour estre le plus noble des Latins, mais parce qu'il estoit le plus eloquent.' 1

(b) ' On a donne le nom d'Orateurs aux Ambassadeurs, pour exprimer qu'il faut qu'ils sachent bien parler; mais 1'eloquence d'un Ambassadeur doit etre fort differente de celle de la Chaire & du Barreau, ses discours doivent etre plus pleins de sens que de paroles, sans y affecter des termes trop recher- chez, il faut qu'il accommode son discours a ceux ausquels il 1'adresse & que tout ce qu'il dit concoure a la fin qu'il se propose, qui est de les convaincre des choses qu'il est charge de leur representer & de les determiner a prendre les resolutions qu'il desire, ce qui est la preuve de la vraye eloquence.

S'il parle a un Prince, il faut qu'il le fasse sans clever sa voix, mais du ton d'une conversation ordinaire, d'un air modeste & respectueux & d'un stile concis, apres avoir bien pese & examine les expressions dont il se sert, les Princes n'aiment pas les longs discours ni les grands parleurs, un habile Negociateur ne doit pas tomber dans ce deffaut, qui ne convient qu'a des Ecoliers ou a des pedans, la sagesse & les longs discours se trouvent rarement ensemble.' 2

2. (a) Of the birth and learning of an Embassador : 3 'I cannot tell whether the Men of Letters are fitter for Embassy than Tradesmen : but I shall not scruple to say, that an Embassador is not better form'd in the College than in the

1 Le Parfait Ambassadeur, pp. 178-9, 180-1.

2 Callieres, pp. 232-3.

3 Wicquefort, U Ambassadeur et ses Fonctions, translated by Digby.


222 Illustrative Extracts concerning

Shop. If the one renders us Cowardly and Self-interested the other makes us Clownish and Opiniated ; and neither in the one nor in the other is learn' d what an Embassador ought to know ; . . . Cardinal Bessarion was a very fit man to fill a Professor's Chair, to teach the Greek Tongue ; as in reality he was one of those, that revived the primitive Knowledge of it in the most Western Parts of Europe, in the fifteenth century ; but when he was put into another Profession, and was vested with the Quality of Legate, to negotiate with the first Princes of Christendom, he discover'd his Ignorance, and made it plain that he did not know the first Rudiments of it, by going to see the Duke of Burgundy, before he had visited the King of France ... I am so far also from excluding all the Learned from this sort of Employment, that I could wish all that enter upon it were learned ; provided that with their Learning, they had also all the other necessary Qualifica- tions. . . . There is a Habit contracted in reading, which is directly opposite to the constant activity of an Embassador . . . the School infects with a certain contracting Humour, which is inconsistent with the Character of a well-bred Man. They who study only as much as is requisite to become such, and to make Learning subservient to their Profession, have thereby a great Advantage ; tho' good sense always relieves those who have not Study'd. The Study of polite Literature ought to be a Foundation to all the Embassador's Knowledge : There true Morality is to be learn'd . . . There is no Philosopher that teaches it more agreeably than Horace . . . Provided we do not strike into Criticism nor Pedantry, we shall find there the Principles of Honesty, which ought to be the first Quality of the Embassador. The Knowledge of the Civil Law, if it be founded upon that of the History of the Roman Laws, is an admirable Ingredient for a Minister. But there are but few that apply themselves to it ; because to speak the Truth, the major Part of the Doctors that teach it, do not understand it ; or if they do understand it, they will not give themselves the trouble to teach it to their Scholars . . . There is nothing but the perfect Knowledge of the State of ancient Rome, and of the Occasions upon which the Laws were enacted, that can give a right judgment of the Intention of the Legislators ; as


Qualities of the Diplomatist 223

well as of the Reasons, upon which so many great Men have grounded the Opinions, that compose the Digests or Pandects ; as the Decrees and Edicts of the Emperors make what is call'd the Code, and the Authenticks. . . . But the chief Study of those that design to be employ'd in Embassies, ought to be that of History ; I comprehend under that Name all that depends thereon, and is any way useful to it, as Memoirs, Instructions, and Negotiations ; and particularly Treaties ... It may be said of History, that there is none so bad but something useful shall be found in it ... Tbucidides, Xenopbon and Polybius amongst the Greeks : 'Titus Livius, Julius Caesar, Sallustius, Velleius Paterculus and Tacitus amongst the Romans, ought to be study'd . . . Let our Politicians give the first Place to Tacitus if they please, for my part I shall be bold to say, that upon an equitable and impartial Judgment, Philip de Comines ... is nothing inferior to him in any respect whatever . . . There is not any Book so useful to Princes and Ministers as the Memoirs of Comines. His Disinterestedness appears every where, he does Justice to every Body ; and there is not any remarkable Accident, of which he does not assign the first Cause to His Providence, who holds the Hearts of Kings in his Hand ; that is to say, the God of Battles, who alone disposes of Crowns and Monarchies. Nicholas MatchiavePs History of Florence is a compleat Work, and almost inimitable . . .' x

() Des Connoissances necessaires et utiles a un Negociateur : 2

  • Un homme qui est ne avec les qualitez propres a traiter les

affaires publiques, & qui se sent de 1'inclination a s'y apliquer, doit commencer par s'instruire de 1'etat ou se trouvent les affaires de 1'Europe, des principaux interets qui y regnent & qui la divisent, de la forme des divers gouvernemens qui y sont etablis & du caractere des Princes, des Generaux & des Ministres qui y sont en autorite & en credit.' 3

'L'etude de la forme du gouvernement qui est presentement



1 Wicquefort, op. cit., pp. 50-2.

2 Callieres, De la maniere de negocier avec les Souverains, ch. v.

3 Ibid., pp. 49-50.


224 Illustrative Extracts concerning

c'est voyager dans les terres inconnues & s'exposer a s'y egarer .... II y a des differences tres-essentielles entre 1'autorite d'un Roi, & celle d'un autre Roi, quoiqu'il n'y en ait aucune dans le nom de leur dignite, il y a des pays ou il ne suffit pas d'etre d'accord avec le Prince & avec ses Ministres, parce qu'il y a d'autres puissances qui y balancent la sienne, & qui ont le pouvoir d'empecher 1'effet de ses resolutions & de lui en faire prendre de contraires ; c'est ce qu'on a vu en Angleterre, ou 1'autorite du Parlement oblige souvent les Rois a faire la paix ou la guerre, centre leur volonte, & en Pologne ou les Diettes generates ont encore un pouvoir plus etendu, & ou il ne faut que gagner un seul Nonce de la Diette, & le faire protester centre les resolutions prises par le Roi, par le Senat & par tous les autres Nonces ou deputez des Provinces pour empecher 1'effet'. 1

3. General Qualities of the Diplomatist : Du Choix des Negociateurs : 2

' Pour bien choisir des Negociateurs propres aux emplois qu'on leur destine, il faut avoir egard a leur qualite personnelle, a leur profession, a leur fortune ; au Prince ou a 1'fitat vers lequel on les envoye, & a la nature de 1'affaire dont on veut les charger.' 3

' La sage Republique de Venise est si persuadee de la par- tialite de ses Prelats et de ses Gens d'Eglise pour le Saint Siege, qu'elle ne se contente pas de ne les point employer a 1'Ambassade de Rome, mais elle les exclud de toutes ses deliberations qui regardent cette Cour-la, & elle les fait sortir de ses Assemblies lorsqu'il s'agit de quelques affaires Ecclesiastiques . . . Un Cardinal, un Abbe Commendataire & tous les Ecclesiastiques qui n'ont point de charge d'ame y peuvent etre employez avec plus de bienseance & avec moins de scrupule pour eux & pour le Prince qui les y employe. Les Religieux sont quelquefois propres a porter des paroles secretes & importantes par la facilite qu'ils ont de s'introduire aupres des Princes ou de leurs Ministres, sous d'autres pretextes, mais il ne seroit pas de la bien- seance de les voir revetus d'un caractere de Ministre Public.' 4

1 Callicres, op. cit., pp. 56, 57. Ibid., ch. xxi, pp. 210-22.

3 Ibid., p. 210. Ibid., pp. 212, 214-15.


Qualities of the Diplomatist 225

' II est important aux Princes & aux Etats Souverains de choisir des sujets agreables aux pays ou ils les envoyent, il faut pour cela avoir egard a la difference des gouvernemens & des inclinations qui regnent dans chaque pays & sur tout a la Religion qui y domine.' *

' Les gens de grand qualite sont propres aux Ambassades, parce que leurs noms imposent & les font respecter ; mais quelque respect qu'on ait pour leur rang & pour leur naissance, ils ont encore besoin d'un bon entendement, de savoir & d'experience pour bien conduire une negociation importante, & ils sont sujets a se tromper, lorsqu'ils croyent comme font plusieurs de cette espece qu'on ne doit rien refuser a leur qualite.' 2

  • Un jeune Negociateur est d'ordinaire presomptueux, vain,

leger, & indiscret, & il y a du risque a le charger d'une affaire de consequence, a moins que ce ne soit un sujet d'un merite singulier & dont 1'heureux naturel ait prevenu les dons de 1'age et de 1'experience.

' Un vieillard est chagrin, dirficultueux, trouvant a redire a tout, blamant les plaisirs qu'il ne peut plus prendre, peu propre a s'insinuer dans les bonnes graces d'un Prince & de ses Ministres, & hors d'etat d'agir par la lenteur & les incommo- ditez attachees a la vieillesse.

  • L'age mediocre est le plus propre aux negociations, parce

qu'on y trouve experience, la discretion & la moderation qui manquent aux jeunes gens, &la vigueur, l'activite& 1'agrement, qui abandonnent les vieillards.' 3

' Un homme de lettres est beaucoup plus propre qu'un homme sans etude a faire un bon Negociateur ; il sait parler & repon- dre juste sur tout ce qu'on lui dit ; il parle avec connoissance des droits des Souverains, il explique ceux de son Prince, il les appuye par des faits & par des exemples qu'il sait citer bien a propos, pendant qu'un ignorant ne sait alleguer pour toute raison que la volonte ou la puissance de son Maitre & les ordres qu'il en a re^us, qui ne font pas de loi aupres des Princes & des Etats libres & independans, lesquels cedent souvent aux remonstrances judicieuses d'un homme savant & eloquent.


2224


1 p. 223. 2 pp. 227-8.

3 pp. 229-30. Cf. Le Parfait AmbassaJeur, pp. 331-4.

Q


226 Illustrative Extracts concerning

'Les Negociateurs ignorans & remplis de la grandeur de leur Maitre sont encore sujets a prendre son nom en vain, c'est-a-dire a le citer mal-a-propos dans les choses qui ne regardent point ses interets, pour autoriser leurs passions particulieres, au lieu qu'un sage Negociateur evite de compromettre le nom & 1'autorite de son Prince, & ne le cite jamais que bien a propos. . . .

' La science des faits & de 1'histoire est une des principales parties de 1'habilete d'un Negociateur, parce que les raisons etant souvent problematiques, la plupart des hommes se con- duisent par les exemples & se determinent sur ce qui a etc fait en pareil cas.

' Un Negociateur sans etude est sujet a tomber dans plusieurs inconveniens par 1'obscurite & par la mauvaise construction de ses discours & de ses depeches. II ne suffit pas de bien penser sur une affaire, il faut savoir expliquer ses pensees correcte- ment, clairement & intelligiblement, & il faut qu'un Ministre ait de la facilite a bien parler en public & a bien ecrire, ce qui est tres-rare & tres-difficile a un homme sans etude.' x

Des Qualitez et de la Conduite du Negociateur : 2 * Ces qualitez sont un esprit attentif & applique, qui ne se laisse point distraire par les plaisirs, & par les amusemens frivoles, un sens droit qui conceive nettement les choses comme elles sont, & qui aille au but par les voyes les plus courtes & les plus naturelles, sans s'egarer a force de rafinement & de vaines subtilitez qui rebuttent d'ordinaire ceux avec qui on traite, de la penetration pour decouvrir ce qui se passe dans le cceur des hommes & pour savoir profiler des moindres mouvemens de leurs visages & des autres effets de leurs passions, qui 6chapent aux plus dissimulez ; un esprit fecond en expediens, pour aplanir les difficultez qui se rencontrent a ajuster les interets dont on est charge ; de la presence d'esprit pour repondre bien a propos sur les choses imprevues, & pour se tirer par des reponses judicieuses d'un pas glissant ; une humeur egale, & un naturel tranquile & patient, toujours dispose a ecouter sans distraction ceux avec qui il traite ; un abord toujours ouvert, doux, civil, agreable, des manieres aisees & insinuantes qui contribuent beaucoup a acquerir les inclinations de ceux 1 Callicrcs, pp. 230-1. z Ibid., ch. iv, pp. 19-39.


Qualities of the Diplomatist 227

avec qui on traite, au lieu qu'un air grave & froid, & une mine sombre & rude, rebute & cause d'ordinaire de 1'aversion.

II faut sur tout qu'un bon Negociateur ait assez de pouvoir sur lui-meme pour resister a la demangeaison de parler avane que de s'etre bien consulte sur ce qu'il a a dire, qu'il ne se pique pas de repondre sur le champ & sans premeditation aux propositions qu'on lui fait, & qu'il prenne garde de tomb.er dans le defaut d'un fameux Ambassadeur etranger de notre terns, qui etoit si vif dans la dispute, que lorsqu'on 1'echauffoit en le contre-disant, il reveloit souvent des secrets d'importance pour soutenir son opinion.

' II ne faut pas aussi qu'il donne dans le defaut oppose de certains esprits mysterieux, qui font des secrets de rien, & qui erigent en affaires d'importance de pures bagatelles ; c'est une marque de petitesse d' esprit de ne savoir pas discerner les choses de consequence d'avec celles qui ne le sont pas, & c'est s'oter les moyens de decouvrir ce qui se passe, & d'acquerir aucune part a la confiance de ceux avec qui on est en commerce, lorsqu'on a avec eux une continuelle reserve.' x

  • Un habile Negociateur ne laisse pas penetrer son secret

avant le temps propre ; mais il faut qu'il sache cacher cette retenue a ceux avec qui il traite . . . II ne suffit pas pour former un bon Negociateur, qu'il ait toutes les lumieres, toute la dexterite & les autres belles qualitez de 1'esprit : il faut qu'il ait encore celles qui dependent des sentimens du coeur, il n'y a point d'emploi qui demande plus d'elevation & plus de noblesse dans les manieres d'agir.

' Un Ambassadeur ressemble en quelque maniere a un Comedien, expose sur le theatre aux yeux du Public pour y jouer de grands roles.' 2

' Pour soutenir la dignite attachee a ces emplois, il faut que

celui qui en est revetu, soit liberal & magnifique, mais avec

choix & avec dessein ; que sa magnificence paroisse dans son

train, dans sa livree & dans le reste de son equipage ; que la

proprete, 1'abondance, & meme la delicatesse, regne sur sa

table : qu'il donne souvent des fetes & des divertissemens aux

principales personnes de la Cour ou il se trouve, & au Prince

meme, s'il est d'humeur a y prendre part, qu'il tache entrer

1 Ibid., pp. 20-2. z Ibid., pp. 22, 23.

Q 2


228 Illustrative Extracts concerning

dans ses parties de divertissemens, mais d'une maniere agreable & sans le contraindre, & qu'il y apporte toujours un air ouvert, complaisant, honnete & un desir continual de lui plaire.

  • oi 1'usage du Pays ou il se trouve lui donne un libre com-

merce avec les Dames ; il ne doit pas negliger de se les rendre favorables en s'attachant a leur plaisir & a se rendre digne de leur estime, le pouvoir de leurs charmes s'etend souvent jusqu'a contribuer aux resolutions les plus importantes d'ou dependent les plus grands evenemens ; mais . . . il doit se souvenir que 1'amour est d'ordinaire accompagne de 1'in- discretion & de 1'imprudence.' *

  • II arrive d'ordinaire dans les negociations ce qui arrive

dans la guerre, que les espions bien choisis contribuent plus que toutes choses au bon succes des grandes entreprises, il n'y a rien de plus capable de renverser un dessein important qu'un secret evente bien a propos . . . On appelle un Ambas- sadeur un honorable Espion.' 2

4. The Need for Courage and Firmness : Un homme de sangfroid :

(a) En quels cas un Ambassadeur peut temoigner sa hardiesse y son courage : 3 'II est vray qu'il doit estre pacifique, doux, & debonnaire, pour la Cour ou il est envoye Ambassadeur, mais avec telle prudence, que quand il faut contester sur des affaires qu'il ne peut accorder, il fasse voir qu'il n'est enticr & inflexible qu'a cause de sa charge, & non point qu'il soit anime d'aucune sorte de passion . . . S'il se sentoit quelque peu interesse, non en la personne, mais en son office, il doit user de hardiesse, de valeur, & de Constance, pour repousser le tort qu'on luy voudroit faire, tant centre le Roy auquel il fait la Cour, que centre les Ambassadeurs des autres Princes concurrents, en les satisfaisant auparavant de son bon zele, & puis soutenir & defendre genereusement 1'honneur de sa patrie, ou la dignite de son Roy, iusques a perdre la vie, car en tel cas il ne violera point le Droit-des-gens, mais il* sera plutost le defenseur du mesme Droit, d'autant qu'il ne souffre pas seulement qu'on 1'offense, mais il empesche que personne n'y preiudicie.' 4

1 Calibres, pp. 25-6. * Ibid., pp. 28-9, 30.

1 Le Parfait Ambassadeur, p. 394. * Ibid., pp. 393-4.


Qualities of the Diplomatist 229

(b) Of Moderation : l ' I do not here mean that Moderation, of which the illustrious Author of the Reflections, Sentences, and moral Maxims, gives so excellent a Character, and of which the wisest have but an Appearance ; but of that Phlegm and Coolness, either study'd or natural, which is so necessary to those who enter upon the Management of publick Affairs. I do not pretend to act the Philosopher, and shall content myself with saying, That Moderation, whether it be an Effect or a part of Prudence, is a Quality, by so much the more requisite to the Embassador, as he that does not possess himself, gives a mighty Advantage to him with whom he negotiates. Julius Mazarin, being but twenty years of age, had the Address to put the Duke of Feria, Governor of Milan, into a Passion ; and to discover by that Mean his true Senti- ments. Those Minds that are compos'd of Salt-peter and Sulphur, which the least Spark sets on fire, are very liable to mar Affairs by their Transports, because it is an easy Matter to excite their Anger, and put them in a Rage, during which they know not what they do.' z

(c) ' La fermete est encore une qualite tres-necessaire a un Negociateur, quoique le droit des gens le doive mettre en surete ; il y a cependant diverses occasions ou il se trouve en peril, & ou il a besoin de son courage pour s'en tirer & pour faciliter le succes de ses negociations ; un homme ne timide n'est pas capable de bien conduire de grands desseins ; il se laisse ebranler facilement dans les accidens imprevus, la peur peut faire decouvrir son secret par les impressions qu'elle fait sur son visage, & par le trouble qu'elle cause dans ses discours. . . . L'irresolution est tres-prejudiciable dans la conduite des grandes affaires ; il y faut un esprit decisif, qui apres avoir balance les divers inconveniens, sache prendre son parti & le suivre avec fermete.' 3

  • Un homme naturellement violent & emporte, est peu

propre a bien conduire une grande negociation. . . . Un homme qui se possede & qui est toujours de sang froid, a un grand avantage a traiter avec un homme vif & plein de feu ; & on

1 Wicquefort, bk. i, ch. viii.

z Ibid., pp. 349-50. Moderation is ' the same Virtue under another Name ' as Prudence, p. 350. 3 Callieres, pp. 31-2, 33.


230 Illustrative Extracts concerning

peut dire qu'ils ne combattent pas avec armes egales. Pour reiissir en ces sortes d'emplois, il y faut beaucoup moins parler qu'ecouter ; il faut du flegme, de la retenue, beaucoup de discretion & une patience a toute epreuve.' 1

' Nous avons eu sur d'autres Nations plus Septentrionales que la notre, cette meme superiorite dans 1'art de negocier, que les Espagnols & les Italiens ont eu sur nous, en quoi il semble que le degre d'intelligence ait suivi dans 1'Europe le degre de chaleur des differens climats.' z

5. Machiavellianism* and Anti-Machiavellianism : Prudence and Cunning : Ruse and Counter-ruse :

(a) Comment un Ambassadeur doit proceder entre Futile & Vhonneste* : ' L'Ambassadeur qui voudra prevenir ces incon- veniens, doit soigneusement mesnager le temps, soit a remarquer celuy qu'il doit employer, combien il vaut, & combien il luy oste.' 5

De la menterie officteuse : {Louis :] * le vous diray que i'ay appris que beaucoup de Chefs de guerre, en disant ce qui n'estoit pas, ont garanty leurs armees de force grands

1 Callieres, pp. 40, 42. z Ibid., p. 43.

8 ' II faut considerer que Machiavel raisonne en tout comme Politique, c'est-a-dire selon 1'Interest d'Etat, qui commande aussi absolument aux Princes que les Princes a leurs sujets.' Amelot, Le Prince de Nicolas Macbiavel (1683), Preface.

4 Le Parjait Ambassadeur, pp. 218-29. Cf. Montaigne, Essais, liv. HI, c. i, ' De I'Utile et de 1'Honneste ' : ' Personne n'est exempt de dire des fadaises ; le malheur est de les dire curieusement . . . Le prince, quand une urgente circonstance, et quelque impetueux et inopine accident du besoing de son cstat, luy faict gauchir sa parole et sa foy, ou aultrement le iecte hors de son debvoir ordinaire, doibt attribuer cette necessite a un coup de la verge divine : vice n'est ce pas, car il a quitte sa raison a une plus uni- vcrsclle et puissante raison ; mais, certes, c'est malheur : de maniere qu'a quelqu'un qui me demandoit, " Quel remede ? " " Nul remede ", feis ie, s'il feust veritablement gehenni entre ces deux extremes ; sed videat ne quaeratur latebra periurio, il le falloit faire ; mais s'il le feit sans regret, s'il ne luy greva de le faire, c'est signe que sa conscience est en mauvais termes. . . . Ce sont dangercux exemplcs, rares et maladifves exceptions a nos regies naturellcs ; il y fault ceder, mais avecques grande moderation et circonspection : aulcunc utilite privee n'est digne pour laquellc nous facions cet effort a nostre conscience ; la publicque, bien, lorsqu'elle est tresapparente et tresimportante.'

6 Ibid., p. 228.


Qualities of the Diplomatist 231

perils. Plusieurs Senateurs ont par ce moyen appaise les troubles de leur Republique. Les Docteurs d'Estat conseillent aux Princes, que s'ils veulent tromper un autre, de tromper premierement 1'Ambassadeur qu'ils luy envoyent. . . . Supposant que les Ambassadeurs sont des instruments animez, il me semble qu'on doit laisser agir en toute liberte, & avec une connoissance certaine de la fin ou 1'on pretend. Or en ce qui louche la menterie qui se donne par le superieur a 1'in- ferieur, encore qu'il en puisse reiissir quelque mal pour 1'affairer il luy sera toutefois plus loisible d'en user, & plus seur pour la conscience ; plus loisible, parce que ce n'est pas proprement mentir, & plus seur, entant que comme il peut disposer absolument de 1'utilite, il peut aussi estre 1'autheur du dommage : mais du moindre au plus grand, il n'est loisible, ny asseure ; & i'estime que c'est une tres- pernicieuse metnode de servir, de laquelle 1'Ambassadeur & toute autre sorte de Ministre, se doit soigneusement garder, parce qu'il perdroit son credit aupres de son Roy des 1'heure que sa menterie seroit decouverte.' \Iule :] * La seconde facon, qui est de taire le vray, n'est pas si odieuse, car outre qu'il y a moins de peril, on se peut tousiours excuser sur un pretexte d'oubly, ou d'ignorance, & particulierement quand le Prince ne s'informe pas instamment, & de propos delibere, de la chose que 1'on cele ; toutefois si 1'Ambassadeur se peut abstenir de 1'un & de 1'autre, il n'en fera que mieux. Mais lors que 1'Ambassadeur rencontrera un heureux succes pour avoir dit ce qui n'estoit pas, ou avoir cele ce qui estoit, on pourra dire qu'il aura fait un bon service au Roy, mais non pas que ce service-la soit bon pour estre allegue dans la pretention d'une recompense : & si 1'affaire va mal, peut-estre qu'on luy en imputera la faute, pour avoir cele le veritable : Enfin, puis que la perte est plus evidente que le gain, & que cette diligence est officieuse, & non de devoir, ce seroit une finesse fort extravagante de se vouloir hazarder au peril, sans aucune esperance de gloire. le soutiens encore, que le plus certain en tout, c'est de rapporter la pure verite au Prince propre, sans laisser son esprit en doute dans le vray-semblable. Dieu, qui est le Prince des Princes, a dit luy mesme, Qu'il aymoit mieux Pobeyssance que le sacrifice. L'Ambassadeur est tenu


232 Illustrative Extracts concerning

d'obeyr a Particle de son instruction, qui luy commande de donner advis de tout ce qui se passe, sans rien retenir en son arbitrage, quoy qu'il le iugeast pour le mieux : il suffit a un Ministre de bien accomplir le devoir de sa charge, sans se mesler d'autre chose.' l

' II faut qu'un Ambassadeur tienne tousiours sa creance en suspens, & qu'il examine iudicieusement 1'origine de ses advis pour discerner les bons d'avec les mauvais. Neantmoins il doit en 1'apparence essayer a persuader qu'il les croit, & avec telle dexterite, que celuy qui seroit venu tout expres pour le tromper, s'en retourne trompe soy-mesme : & n'y a rien dequoy 1'Ambassadeur se doive plus garder que de donner a connoistre qu'il se defie, d'autant que plusieurs qui craignoient d'estre trompez, ont eux-mesmes donne occasion de 1'estre. Tybere ne voyoit point de qualite en luy plus estimable que sa naturelle dissimulation qu'il possedoit ; ce fut aussi celle qui luy aida le plus a regner, a ce que dit Tacite. 2 Bref, de la diversite des affections que 1'Ambassadeur reconnoist en divers sujets, & dans la variete des temps, en les examinant avec un meur iugement, & un esprit eveille, il doit composer une regie certaine, & un art pour comprendre le sens des paroles, & penetrer les intentions d'autruy. Les sciences prindrent ainsi leurs commencemens sur la prudente consideration des choses particulieres, parce que les hommes estans curieux d'en re- marquer les ordinaires evenements, & les incertitudes vindrent enfin a distinguer le necessaire d'avec le fortuit, & de cela composerent une science, une opinion, ou une coniecture : & les Medecins usans de mesme consideration aux maladies particulieres formerent les preceptes de leur art, & les doctrines universelles. Cette admirable figure de Venus que fit Zeuxis fut-elle pas composee de plusieurs traits de differents visages ? aussi acheva-t'il un ouvrage qui sembloit surmonter la Nature ; car il mit au iour une beaute parfaite. De mesme 1'Ambassa- deur, en voyant beaucoup, & ecoutant plusieurs personnes,

1 Le Parjait Ambassadeur, pp. 297-8, 299-301. See, also, 5i f Am- bassadeur peut uzer de menterie au Prince Estranger : Instructions sur ce point, pp. 304 sqq. ; Exemple d"une subtile dexterite de certains Ainbassadeurs de Floretice : Ruse & contre-ruse, pp. 315-19 ; also pp. 239 sqq.

8 ' Tacite, auteur recommandable, auquel se trouve tout ce qui est necessaire a rendre un Prince fort experimente.' Ibid., p. 242.


Qualities of the Diplomatist 233

considerant tout, & ne croyant rien, mais donnant une impres- sion qu'il croit, il trouve le vray, & n'est iamais surpris : car d'attendre le succes des choses pour en tirer de 1'instruction, c'est tout le mal-heur de PAmbassade ; & a ce que dit Quintus Fabius, Le succes est le maistre des sots, qui ne reconnoissent iamais quails sont trompez que quand Us le voyent auec les yeux, y qu'ils le ioucbent avec les mains? *

(b) Of Prudence and Cunning : 2 ' I have said that the Em- bassador in receiving his Prince's Orders, ought to consult his Prudence before he executes them. I shall add in this, that it ought to serve him for a North Pole in the whole course of his Negotiation. It is she alone can make it successful, and it is she alone is capable of forming a perfect Embassador. She holds the first Rank among politick Virtues, and can alone supply all that is wanting in the Embassador ; so that one may say very well with the Poet, Nullum numen abest si sit Pru- dential ... It is a Stroke of the most refin'd Prudence, to make it believ'd that one neglects those Things which one most desires ; that one looks upon them with Indifferency, and that even one has some Aversion for them. If I might be allow'd to make use of the familiar Comparison of the Rowers, who turn their Backs to the Place they design to land at, I think it may be very well apply'd here. Cardinal Mazarin help'd himself wonderfully by this Artifice, and he gave an excellent Proof thereof, at the Congress of the Pyrenees. 4 . . . There is a species of Address, that is rather Roguery than either Cunning or Artifice. 5 ... A publick Minister . . . ought to be above those little Cunnings and Duplicities, which are only the Products of a weak and ill turn'd Mind. . . . The Prudence of an Embassador consists chiefly in knowing how to elude the cunning Strokes of others, and to avoid the Snares that are prepared for him. 6 . . . Prudence has so vast an Object,

1 Ibid., pp. 269-70.

2 Wicquefort, bk. n, ch. vi, pp. 329-39.

3 Ibid., p. 329.

4 p. 331. See the preceding words for the historical illustration.

6 P- 333-

8 P- 335- ' We take cunning for a sinister, or crooked wisdom ; and certainly there is a great difference between a cunning man and a wise man, not only in point of honesty, but in point of ability. There be that


234 Illustrative Extracts concerning

that one may say it is almost infinite. The Embassador ought not only to consider that the Principles of Reasoning in Policy are as uncertain as those of the Mathematicks are infallible ; but he ought to know also, that the strongest Reasons, and which are in a manner demonstrative, are not always con- cluding. . . . There are numberless Advices to be given to an Embassador on the account of Prudence ; but I dare be bold to say, that there is no need to give any to a Minister to whom this Virtue is natural, or acquir'd by a long Habit. He forms his Conduct on his own Maxims, and behaves himself as Occasions seem to require.' *

(c) Advice for one ' destined for the foreign line ' 2 : ' It is not an easy matter, in times like these, to write anything on the subject of a Foreign Minister's conduct, that might not be rendered quite inapplicable to the purpose of daily events. Mr. James's best school will be the advantage he will derive from the abilities of his Principal, and from his own observa- tions.

' The first and best advice I can give a young man on entering this career, is to listen, not to talk at least, not more than is necessary to induce others to talk. I have in the course of my life, by endeavouring to follow this method, drawn from my opponents much information, and concealed from them my own views, much more than by the employment of spies or money.

' To be very cautious in any country, or at any Court, of such as, on your first arrival, appear the most eager to make

can pack the cards, and yet cannot play well ; so there are some that are good in canvasses and factions that are otherwise weak men.' Bacon, Essays, ' Of Cunning '.

1 Wicquefort, p. 338. See, further, bk. i, ch. vii, ' Of the Liberty of Speaking ', pp. 339-49.

z ' Letter ' of the First Earl of Malmesbury ' to Lord Camden, written at his request on his nephew, Mr. James, being destined for the foreign line', April n, 1813, Diaries ana" Correspondence of James Harris, First Earl of Malmesbury, iv, pp. 412-15. Counsel of a kind more directly practical is conveyed in Quelques Conseils a un jeune Voyageur, par Le Comte d'Hauterive, and in Instructions de M, de Colbert, ccrites de sa main : Memoire pour mon fils, sur ce qu'il doit observer pendant Je voyage au'il va faire a Rocbefort, for which see Martens, Guide diplomatique, edition by Hoffman (1838), i, 2nd part, pp. 393-452.


Qualities of the Diplomatist 235

your acquaintance and communicate their ideas to you. I have ever found their professions insincere, and their intelli- gence false. They have been the first I have wished to shake off, whenever I have been so imprudent as to give them credit for sincerity. They are either persons who are not considered or respected in their own country, or are put about you to entrap and circumvent you as newly arrived.

' Englishmen should be most particularly on their guard against such men, for we have none such on our side the water, and are ourselves so little coming towards foreigners, that we are astonished and gratified when we find a different treatment from that which strangers experience here ; but our reserve and ill manners are infinitely less dangerous to the stranger than these premature and hollow civilities.

'To avoid what is termed abroad an attachment. If the other party concerned should happen to be sincere, it absorbs too much time, occupies too much your thoughts ; if insincere, it leaves you at the mercy of a profligate, and probably interested character.

'Never to attempt to export English habits and manners, but to conform as far as possible to those of the country where you reside to do this even in the most trivial things to learn to speak their language, and never to sneer at what may strike you as singular and absurd. Nothing goes to conciliate so much, or to amalgamate you more cordially with its in- habitants, as this very easy sacrifice of your national prejudices to theirs.

'To keep your cypher and all your official papers under a very secure lock and key ; but not to boast of your pre- cautions as Mr. Drake did to Mehee de la Touche.

' Not to allow any opponent to carry away any official document, under the pretext that he wishes " to study it more carefully " ; let him read it as often as he wishes, and, if it is necessary, allow him to take minutes of it, but both in your presence.

' Not to be carried away by any real or supposed distinctions from the Sovereign at whose Court you reside, or to imagine, because he may say a few more commonplace sentences to you than to your colleagues, that he entertains a special


236 Illustrative Extracts concerning

personal predilection for you, or is more disposed to favour the views and interests of your Court, than if he did not notice you at all. This is a species of royal stage-trick, often practised, and for which it is right to be prepared.

  • Whenever you receive discretionary instructions (that is,

when authority is given you), in order to obtain any very desirable end, to decrease your demands or increase your concessions, according as you find the temper and disposition of the Court where you are employed, and to be extremely careful not to let it be supposed that you have any such authority ; to make a firm, resolute stand on the first offer you are instructed to make, and, if you find " this nail will not drive ", to bring forward your others mosj gradually, and not, either from an apprehension of not succeeding at all, or from an over eagerness to succeed too rapidly, injure essentially the interests of your Court.

  • It is scarce necessary to say that no occasion, no provoca-

tion, no anxiety to rebut an unjust accusation, no idea, however tempting, of promoting the object you have in view, can need, much less justify, a. falsehood. Success obtained by one, is a precarious and baseless success. Detection would ruin, not only your own reputation for ever, but deeply wound the honour of your Court. If, as frequently happens, an indiscreet question, which seems to require a distinct answer, is put to you abruptly by an artful Minister, parry it either by treating it as an indiscreet question, or get rid of it by a grave and serious look ; but on no account contradict the assertion flatly if it be true, or admit it as true, if false and of a dangerous tendency.

  • In Ministerial conferences, to exert every effort of memory

to carry away faithfully and correctly what you hear (what you say in them yourself you will not forget) ; and in drawing your report, to be most careful it should be faithful and correct. I dwell the more on this (seemingly a useless) hint, because it is a most seducing temptation, and one to which we often give way almost unconsciously, in order to give a better turn to a phrase, or to enhance our skill in negotiation ; but we must remember we mislead and deceive our Govern- ment by it.'


Qualities of the Diplomatist 237

6. Miscellaneous Considerations :

(a) Qu'un Ambassadeur doit estre sobre, i? s'abstenir des mets exquis : Qu'il se devoit abstenir de boire du vin aux ban- quets / ' L'Ambassadeur peut bien banqueter aux occasions convenables, comme aussi se trouver aux banquets des autres, mais sur tout, ie luy conseillerois de s'accoustumer a ne point boire de vin, ou pour le moins qu'il s'en abstint en ces ren- contres la ; mais s'il y a des incommoditez particulieres qui le requierent, on use auiourd'huy fort communement de certains breuvages composez de simples si admirables, que le vin ne peut pas causer un meilleur effet aux parties necessi- teuses de sa vertu. II y a plusieurs exemples qui nous appren- nent que le vin a este le moyen par ou beaucoup d' Ambassadeurs se sont perdus, y par qui les ennemis out beaucoup gagne? 1

(b) Whether Clergymen are proper for Embassies : 2 ' The Author of the Idea of the perfect Embassador, declares for the affirmative, and backs his Opinion with several Examples taken out of the Bible, and from History. ... I shall not enquire into the Justness of the Examples ; but I think I may say, he alledges very few that square with his Intention. . . . I cannot conceive how a Bishop, who is able to make himself respected at the Court of a Christian Potentate, can submit to be employ'd in that of Constantinople, and that to an Infidel, who ought to be his abomination. 3 . . . Formerly, while Superstition and Ignorance reign'd, the Religious were respected ; but the Habit, and demure Mien, have long since lost their Influence, and the World will be no longer deceived thereby : on the contrary, it is not without scruple, they are at present treated with ; and there is a continual Distrust of their equivocal Meanings, as well as of the Intention of those Princes that employ them. They have not the Quality of Embassadors, because the Representation would participate of the Ridicule : But whether they have Letters of Credence, or that they are credited on their bare Word ; if they are negotiated with, tho > they have not the Character of publick Ministers, they nevertheless enjoy the Protection of the Law of Nations : as

1 Le Parjait Ambassadeur, pp. 388-9.

2 Wicquefort, bk. r, ch. ix. Cf. Le Parjait Ambassadeur, pp. 54-5, 167-8.

3 Ibid., pp. 57, 63.


238 Illustrative Extracts concerning

on the other side, they cannot be too severely punish'd if they abuse their Habit and Profession, to contrive Treasons and Assassinations ; with which one might fill up several Volumes. Father Joseph, who assisted Leon Brulard to con- clude the Treaty of Ratisbon, had no Character.' 1

(c) Si V Ambassadeur se peut seruir de Fentremise des femmes pour le progrez de ses affaires : 2

lule : * Mais s'il vous plaist, Seigneur Louis, seroit-ce chose licite & digne de la gravite d'un Ministre qui voudroit avoir quelques advis de se servir de 1'entremise & de la curiosite de quelques femmes ? car elles ont la reputation de ne pouvoir garder aucun secret.'

Louis : ' Entant que 1'action que vous dites fust d'enqucrir & de penetrer dans les mouvements de 1'esprit du Prince & de ses Ministres, on ne devroit pas blamer un Ambassadeur qui essayeroit d'y parvenir par tous les moyens licites ;. au con- traire, celuy la commetroit une grande faute qui auroit 1'humeur si severe, que de mepriser ces bons effects la, a cause qu'ils procedent de 1'entremise de quelques femmes, puis que par leur moyen comme on void en beaucoup d'exemples, on a decouvert les plus grandes coniurations & les plus secrettes entreprises qui furent iamais faite.' 3

Doute, si les femmes peuvent estre Ambassatrices 4 :

Louis : * C'est pourtant a ce poinct la que ie voudrois limiter leur entreprise dans les affaires d'Estat, car ie ne consentirois iamais comme vous qu'on leur donnast la dignite de 1'Ambassade : & m'estonne beaucoup de ce que Paschalius a este d'advis contraire, veu qu'il a si peu de gens de son party. . . . Et sans doute les larmes d'une fille, & la presence des enfans aux pieds du pere ou de 1'ayeul, feront de plus puissants effects que 1'Oraison de Demosthenes envers Philapa : mais ce sera comme fille, & non pas comme Ambassatrice. Car ie vous prie, Seigneur lule, seroit-il bien scant a un Ambassadeur de pleurer ; & ses pleurs pourroient-elles amolir le cceur d'un Prince irrite ? ' 5

1 Wicquefort, p. 67. * Le Parfait Ambassadeur, p. 282.

3 Ibid., pp. 282-3. Exetnples de plusieurs grands secrets revelez par les femmes, pp. 283-4. * Ibid., pp. 286-90.

8 Ibtd., pp. 286, 289-90. There is one instance of a woman being duly


the Conduct of Negotiations 239


The Conduct of Negotiations

De Vutilite des Negotiations : 1 ' Pour bien connoitre de quelle utilite peuvent etre les negociations, il faut considerer que tous les Etats dont 1'Europe est composee, ont entr'eux des liaisons & des commerces necessaires qui font qu'on peut les regarder comme des membres d'une meme Republique, & qu'il ne peut presque point arriver de changement conside- rable en quelques-uns de ses membres qui ne soit capable de troubler le repos de tous les autres. Les demelez des moindres Souverains jettent d'ordinaire de la division entre les princi- pales Puissances, a cause des divers interets qu'elles y prennent, & de la protection qu'elles donnent aux partis differens & opposez. 2 . . . Le Cardinal de Richelieu qu'on peut proposer pour modele aux plus grands Politiques, & a qui la France est si redevable, faisoit negocier sans cesse en toute sorte de Pays, & il en a tire de tres-grandes utilitez pour 1'Etat, comme il le temoigne lui-meme dans son Testament politique.' 3

Observations sur les manures de negocier 4 : ' On negocie de vive voix ou par ecrit, la premiere maniere est d'un plus grand usage dans les Cours des Princes, la seconde est plus usitee quand on traite avec des Republiques ou dans des assemblies comme sont les Diettes de 1'Empire, celles des Suisses, les conferences pour la paix & autres assemblies de Ministres chargez de pleins pouvoirs.

' II est plus avantageux a un habile Negociateur de negocier de vive voix, parce qu'il a plus d'occasions de decouvrir par

invested with the title and the role of Ambassadress, namely, Renee du Bee, who was appointed by the Regent, Anne of Austria, Ambassadress of France on a matrimonial mission to the Court of the King of Poland, Wladislaw IV, in 1645. There are notable instances of women being entrusted with the conduct of negotiations. Thus, Louise of Savoy, in behalf of Francis I of France, and Margaret, of Austria, in behalf of her nephew, the Emperor Charles V, conducted the final negotiations resulting in the Peace of Cambray ' la Paix des Dames ' in 1529 ; and Henrietta, Duchess of Orleans, conducted negotiations between her brother Charles II and Louis XIV, and concluded the Treaty of Dover, in 1670.

1 Callieres, cLii, pp. 8-18. 2 Ibid., pp. 8-9. 3 Ibid., p. 12.

4 Ibid., ch. xvi, pp. 160-72.


240 Illustrative Extracts concerning

ce moyen les sentimens & les desseins de ceux avec qui il traite, & d'employer sa dexterite a leur en inspirer de conformes a ses vues par ses insinuations & par la force de ses raisons.' l

  • C'est un des plus grands secrets de 1'art de negocier que

de savoir, pour ainsi dire, distiler goute a goute dans 1'esprit de ceux avec qui on negocie les choses qu'on a interet de leur persuader.' 2

  • Un esprit agreable, net & eclaire, qui a Part de proposer

les plus grandes affaires comme des choses faciles & avantageuses aux parties interessees & qui le sait faire d'une maniere aisee & insinuante, a fait plus de la moitie de son ouvrage, & trouve de grandes facilitez a 1'achever.' 3

S'il est utile cTenv oyer plusieurs Negociateurs en un meme Pays: 4

  • Le Cardinal de Richelieu ne se contentoit pas d'employer

plusieurs Negociateurs pour une meme affaire, il partageoit souvent entr'eux le secret de ses desseins & il faisoit mouvoir divers ressorts pour les faire reiissir.

' Outre les Ministres publics qu'il envoyoit dans chaque pays, il y entretenoit encore souvent des Agens secrets & des Pensionnaires du pays meme qui 1'avertissoient de tout ce qui s'y passoit independamment & sans la participation des Ambassadeurs du Roi, qui ignoroient souvent les Commissions de ces Emissaires, & ils lui rendoient compte de la conduite de ces Ambassadeurs, aussi-bien que de ce qui se passoit dans la Cour ou ils etoient ; ce qui faisoit que rien n'echappoit a ses lumieres, & qu'il etoit en etat de redresser les Ambassadeurs qui manquoient en quelque chose par leur mauvaise conduite ou par defaut de penetration.' 6

Des negotiations diplomatique s 6 ; * En principe les gouver- nements seuls negocient, et 1'agent diplomatique n'est que 1'organe de celui qui 1'a nomme. Les instructions' 1 qu'il a revues dirigent sa conduite ; il n'a la facult6 ni d'accorder, ni de refuser, ni de transiger sans y etre autorise. . . . Sa tache n'est point circonscrite dans des limites si e"troites qu'il ne

1 Callieres, pp. 160-1. * Ibid.,p. 162.

8 //>/</., pp. 167-8. See, further, the next chapter xvii 'Avis aux Ambassadeurs et autres Ministres qui negocient dans les pays etrangers' 4 Ibid., ch. xxiii, pp. 241-6. * Ibid., p. 246.

6 Martens (Charles de), Le Guide diplomatique, i, pp. 184-91.

7 Ibid, ii, pp. 245-65.


the Conduct of Negotiations 241

puisse s'y mouvoir avec une liberte intelligente ; et, au besoin, pourvu qu'il ait toujours presents a 1'esprit les droits et les interets de son commettant, il peut prendre sur lui, dans telles circonstances epineuses et imprevues, d'outre-passer la lettre de ses instructions, sachant en apprecier 1' esprit. Dans toutes discussions d'ailleurs il y a une part a faire aux choses de forme, aux interpretations, aux moyens : cette part est dans la latitude d'action necessaire a lui qui doit agir. . . .

' Aucune negociation ne serait conduite a bonne fin si le ministre se laissait decourager en voyant echouer des plans qui n'auraient pas etc proposes avec assez de prudence, soutenus avec assez de fermete, ou dont le succes ne serait pas seconde par les circonstances ; ou s'il prenait trop facilement 1'alarme en voyant surgir tout a coup des propositions ou des demandes inattendues : celles-ci, quoique soutenues d'abord avec toutes les apparences d'une determination invariable, finissent, tot ou tard, par ceder a la dexterite du diplomate qui sait opposer froidement une resistance superieure a 1'attaque.' 1

  • Les lenteurs habituelles des negociations politiques, leurs

complications souvent calculees, les insinuations captieuses ou le defaut de franchise inquietent parfois et fatiguent le nego- ciateur, en mettant a 1'epreuve sa fermete et sa patience. Ces qualites lui sont indispensables, mais il ne faut pas qu'elles s'exagerent jusqu'a tourner en brusquerie ou en indolence ; le calme et la perseverance ne suffisent pas seuls dans 1'art de negocier, non plus que la capacite et 1' experience, les formes aussi contribuent au succes.' 2

' Comme il existe entre les ministres publics accredited a une meme cour un commerce reciproque d'avis et de nouvelles, il leur faut necessairement se preter a cet echange de confiance ; le plus habile est celui qui en tire le plus d'utilite. C'est au savoir-faire de chacun a former des liaisons qui le mettent a meme de recueillir le plus de renseignements utiles et d'appre- cier leur authenticite ; a chacun aussi, s'il ne s'agit pas seulement d'avis a donner mais d'insinuations a faire, de ne pas confondre ses sentiments personnels avec ceux que la politique inspire a son souverain.

' Le negociateur ne doit pas perdre de vue que, quelle que

1 Ibid., pp. 18^7, 187-8. 2 Ibid., p. 189.

2224


242 Illustrative Extracts concerning

soit 1'intimite qui existe entre deux cours, quelque etroits que soient leurs liens politiques, et meme de famille, elles ont des interets separes, souvent meme opposes, cause toujours latente de refroidissement possible, et peut-etre meme de rupture.

' . . . L'exercice de cet art [de negocier] depend moins peut- etre des qualites personnelles que de la connoissance du monde et de 1'experience des affaires. Les talens naturels doivent etre developpes par 1'etude de 1'histoire, et specialement de 1'histoire des negociations diplomatiques ; mais leur absence se remplacerait difficilement par le savoir qui ne serait puise que dans les livres.' *

Diplomatic Correspondence : Instructions ; Letters and Dis- patches ; Cipher : * II [1'Ambassadeur] doit sur toutes choses estre pourveu de lettres de creance, car sans cela, encore qu'il soit accompagne de tous les temoins & de toutes les preuves du monde, un Prince n'est pas oblige, en matiere d'affaires publics, de croire une personne privee, quelque illustre & grande qu'elle puisse estre, exceptant de cette regie 1'Ambas- sadeur a latere, lequel par privilege particulier, est creu par soy-mesme ; tous les autres ont besoin de lettre de creance.' 2

' Lettre de Creance du Pape Leon aux Suysses : le vous envoye Goro, mon serviteur, dont ie fais grande estime, afin qu'estant en vostre compagnie, ilfasse V office Ambassadeur & de mediateur envers vous. Et en cette qualite, vous pourrez adiouster autant de foy & de creance d tout ce qu'il vous dira, que vous feriez d moy-mesme, si i'estois present.' 3

' Les lettres de Creance se presentent ordinairement en la premiere audience.' 4

  • Comment les instructions doivent estre dressees : [Louis :] II

n'y a point de reigles precises pour ce regard, les instructions seront comme les luy voudra donner celuy qui en aura la charge du Prince. Ie ne vous puis satisfaire autrement sur ce point la ; d'autant que nostre argument ne tend pas a former le Prince en son commandement, mais seulement de figurer

1 Martens, pp. 190-1. * Le Parjait Ambassadeur, pp. 430-1.

n Ibid., pp. 433-4. See other specimens, pp. 434-5.

4 Ibid., p. 435. ' Si 1'Ambassadeur doit parler de ses affaires en la pre- miere Audience ', pp. 444-5. ' Ne seroit-il pas besoin d'advertir nostre Ambassadeur, de prendre garde a ne pas tomber en 1'inconvenient d'un qui demanda a boire en la premiere audience f ' p. 445


the Conduct of Negotiations 243

un parfait Ambassadeur en 1'obeissance. le vous diray toute- fois, que 1'instruction d'un Ambassadeur est comme une carte de navigation, par laquelle il doit regir & conduire tous ses mouvemens.' 1

' Que V usage du chiffre est fort necessaire a V Ambassadeur : Le plus seur chemin pour donner des advis, c'est le chiffre, principalement quand 1'on a des choses d'importance a escrire, tant pour la qualite de 1'affaire que pour le secret deu a celuy qui donne 1'advis, parce qu'on doit tousiours presumer le pire de ce qui peut arriver : Et pour fidelle que soit un courrier, il peut estre devalise, ses lettres ouvertes, & les affaires decouvertes, si 1'usage du chiffre n'en divertit la con- noissance. C'est 1'unique moyen pour eviter ces dangers-la, & la pratique en est fort ancienne aux lettres des Roys & des Ministres d'Estat. On tient que les Egyptiens en sont les inventeurs, parce qu'ils expliquoient leurs conceptions avec diverses figures & caracteres. Mecenas estoit fort habile en cette science ; lule Cesar, Caius Opius, Baldus & Cornelius en userent en tous leurs depesches pour les garentir de tous inconvenients : Et depuis ce temps-la, 1'usage en a continue iusques a cet heure, si bien que cette science est arrivee au plus haut degre de sa perfection, tant en la partie active, comme en la passive ; puisque 1' esprit humain ne scauroit dechiffrer de si difficiles figures, que le mesme esprit n'en invente encore de plus obscures, en faisant que les nombres soyent des lettres, & les lettres des dictions : que les noms propres soyent des affaires particulieres ; les animez d'une signification, & les inanimez d'une autre. Outre cela, les Ambassadeurs ont des clefs, desquels si 1'on ne connoit les gardes, il est impossible d'entrer dans leurs secrets. Us usent encore de certains patrons qui decouvrent a ceux qui les connoissent tout ce qui est d'important, & cachent ce qui est superflu ; si bien que celuy qui regardera une lettre, autrement que par cette ialousie, il la treuvera toute pleine d'enigme & de confusion, & si elle est formee par un bon esprit, il sera fort difficile qu'un autre y puisse rien connoistre.' 2

1 Ibid., p. 447. See, further, pp. 447-56.

2 Ibid., pp. 467-9. ' Accidents advenus faute de se servir des chiffres ', pp. 469-70 ; and pp. 472-3 on instructions in cipher.

R 2


244 Illustrative Extracts concerning

Le Secret : ' Le secret est encore expressement recommande en toutes les actions du Parfait Ambassadeur ; c'est le fonde- ment de 1'edifice, le timon du navire, le frein du cheval, & le bon effet de qui se pretend . . . Un habile homme, a tousiours plus d'effet que de parole : celuy qui est excessif en langage, est souvent bien sterile aux bonnes oeuvres. Enfin, le secret est 1'ame des affaires, & c'est luy qui empesche 1'ennemy de se pourvoir centre les accidents. L'Ambassadeur qui n'est pas en estime de garder le secret, n'est guere adverty des choses d'importance ; les espions ne s'y osent fier, car la creance qu'ils prennent d'un homme qui ne revele iamais rien, les obligent davantage que le profit qu'ils en peuvent retirer ... La Republique de Venise a tousiours merite" une glorieuse loiiange en ce point particulier.' x

Of Instructions 2 : 'It is commonly said, that it is sufficient to send an able Man, and let him act as he shall think Jit. How- ever, I don't believe that they who speak this pretend by it that an Embassador ought to go upon his Commission, without Instructions. It is requisite, and even necessary, he should know his Master's Intention, and be inform'd of his Will, in reference to the Affairs he is to negotiate ; and all that ought to be expected from him, is, that the Prince should rely on the ability of the Embassador for the Management and Execu- tion thereof. ... I am willing to believe, that excepting the essential Particulars, which make the Subject of the Embassy, the most general Instructions are the best, to an able Minister. . . . The Instructions are a secret Instrument which the Embas- sador is not obliged to communicate to the Court where he negotiates. Nay, I dare affirm that he ought not to produce it, without a Necessity, and an express Order. 3 . . . The Publick would be very much oblig'd to him that would give it a Collection of Instructions, at least of the most important ones, of which Extracts may be found in History ; and there are some curious Persons that have collected a great many.' 4

Of Letters and Dispatches 6 ; Cipher : ' As to the Quality of Dispatches, the Embassador must know the Humour of

1 Le Parfait Ambassadeur, pp. 572-3, 574-

2 Wicquefort, bk. i, ch. xiv. 8 See historical examples, ibid., p. 109.

  • Ibid., pp. 107, 108, 109. 8 Ibid., bk. 11, ch. x, pp. 357-64.


the Conduct of Negotiations 245

the Prince, and that of the first Minister who has the Direction of his Affairs. . . . Cardinal Mazarin, who took Delight in letting his Mind take a long Range, and who never tir'd with reasoning, requir'd also that the Embassadors should enlarge upon their Subjects. He often made use of Silhon's Pen for his Dispatches, and Silbon who pretended to Politicks and Eloquence, seconded very well the Intentions of his Eminence. D'Avaux and Servien answer'd them perfectly, and might be said to write Volumes rather than Letters. 1 ... It is not necessary that the Style of the Embassador should be very- polite. 2 It is sufficient if it is clear and intelligible, so that it is not disfigur'd with Solecisms and Barbarisms. 3 . . . One may say that Cypher ... is a kind of Magick . . . Rossignol, who serv'd Cardinal Richelieu in this Function, and made his Fortune thereby, was so dextrous and successful in it, that he decypher'd without much Pains all the Letters that were brought him ; not only those which were written in a Language he understood, but also those that were written in a Tongue to which he was an utter Stranger, and whereof he had not the least Knowledge. It is no hard matter to invent a Million of new Cyphers, but it is almost impossible to find out one that cannot be unravel'd by those who have a like Genius that way, and a great deal of Use. 4 During the Wars and Disorders of the League, the Spaniards made use of a Cypher which was compos'd of above five hundred Charac- ters ; so that there was no body could decypher their Letters. At last, those that were intercepted were sent to Francis Viette, a famous Mathematician of those Times : He had never apply'd himself to that kind of Study, and had never so much as heard of those Cyphers which are made use of in Letters ; and yet after he had consider'd a little thereon, he found out the Key of them, and decypher'd them easily. The Spaniards did not know till two years after, that their Secret was discover'd. ... As soon as the Tenour of an Affair

1 Ibid., p. 358. 2 i.e. ' polished '. 3 Ibid., p. 359.

4 The Assistant Secretary for Foreign Affairs said in the House of Com- mons, July 31, 1918, that any one who had been behind the scenes in diplomacy knew that a large number of the cipher telegrams were not really very secret, and that foreign policy would not be seriously injured if their contents were published abroad.


246 Illustrative Extracts concerning

is known, and the Court where it is negotiated, there is no Difficulty to find out the Persons whom Dispatches speak of. 1 . . . The Embassador . . . ought to be very punctual in sending that which comes to his Knowledge ; but he ought to dis- tinguish well between the doubtful and the certain, lest mingling the false with the true, the Falsness of the one should destroy the Credit due to the other.' 2

Des Depeches et de ce qifil y faut observer 3 : * Les Lettres qu'un Negociateur ecrit a son Prince, doivent etre exemptes de preambules & d'ornemens vains & inutiles ; il doit d'abord entrer en matiere & commencer par lui rendre compte des premieres demarches qu'il a faites en arrivant, & de la maniere dont il a et re^u, & a mesure qu'il s'instruit de 1'Etat de la Cour & des affaires du Pays ou il se trouve ; il doit en faire le recit par ses depeches, y marquer la situation des esprits de ceux qui y ont le principal credit, & des Ministres avec qui il traite, leurs attachemens, leurs passions, & leurs interets, s'etudier a les representer d'une maniere si claire & si ressem- blante, que le Prince ou le Ministre qui re^oit ses depeches puisse connoitre aussi distinctement 1'etat des choses dont il lui rend compte, que s'il etoit lui-meme sur les lieux.

' Tous les Negociateurs de France, tant Ambassadeurs qu'Envoyez, ont presentement 1'honneur d'ecrire directement au Roi . . .

' Une depeche qui ne rend compte que des faits, sans entrer dans les motifs, ne peut passer que pour une Gazette? *

Des Lettres en Chiffre : 5 * Comme le secret est I'ame de la negociation, on a invente Part d'ecrire avec des caracteres inconnus pour derober la connoissance de ce qu'on 6crit a ceux qui interceptent des Lettres, mais 1'industrie des hommes, qui s'est rafinee par la necessite & 1'interet, a trouve des regies pour dechiffrer ces Lettres, & pour penetrer par ce moyen dans les Lettres d'autrui. Cependant quoiqu'il y ait des dechiffreurs celebres & qui ont tire de grandes utilitez de cet art, on peut assurer ici qu'ils ne doivent leur consideration qu'a la negligence de ceux qui donnent de mechans chiffres,

1 Wicquefort, p. 359. - Ibid., p. 361.

3 Calliires, ch. xix, pp. 190-205.

4 Ibid., pp. 190-1, 192. Ibid.) ch. xx, pp. 206-9.


the Conduct of Negotiations 247

& a celle des Negociateurs & de leurs Secretaires qui s'en servent mal.

  • Apres avoir examine a fond cette matiere & les regies du

dechiffrement, on a trouve qu'une Lettre bien chiffree & avec un bon chiffre est indechiffrable sans trahison, c'est-a-dire a moins qu'on ne trouve moyen de corrompre quelque Secre- taire qui donne copie de la clef du chiffre, & on peut surement defier tout ce qu'il y a de dechiffreurs en Europe de pouvoir dechiffrer des chiffres d'un tres-facile usage, a ceux qui en auront la clef, lorsqu'ils seront faits, comme ils le doivent etre sur un modele general, qu'il est facile de donner, & sur lequel on peut faire un nombre infini de differentes clefs de chiffre indechiffrable. On ne parle point de certains chiffres inventez par des Regens de College & faits sur des regies d'Algebre, ou d'Arithmetique, qui sont impraticables a cause de leur trop grande longueur, & de leurs difficultez dans 1'execution.' l

Correspondance diplomatique : 2 * Les pieces diplomatiques, qui sont 1'expression ecrite de ces communications, et dont la forme differe selon leur importance et leur nature, demeurent ou confidentielles et secretes toutes les fois que le secret est possible et que leur divulgation pourrait nuire au bien des affaires, ou sont destinees a une publicite plus ou moins com- plete, selon que les cabinets ont interet a y recourir, ou qu'ils se croient dans 1'impossibilite de s'y soustraire par suite du droit qu'ont les assemblies deliberantes, dans les gouvernements representatifs, de demander le depot des actes et offices diplo- matiques dont la connoissance peut leur servir a controler la politique ministerielle. 3

1 Ibid., pp. 206-8.

2 Martens, Le Guide diplomatique, ii, pp. 266-524.

3 See foot-note ii, p. 267 : ' La prevision de la production possible des correspondances diplomatiques a la tribune des chambres legislatives met 1'agent dans la necessite de se precautionner contre cette publicite intem- pestive, et de rediger ses depeches avec plus de reserve qu'il ne 1'eut fait si elles n'eussent etc exposees a cette chance. . . . C'est dans ces lettres confidentielles uniquement qu'il peut se livrer avec plus d'abandon, et souvent avec utilite, a des raisonnements sur 1'etat actuel des affaires, a des opinions conjecturales sur leur denoument. Le ministre des affaires etrangeres, de son cote, est oblige, par le meme motif, d'avoir recours au meme systeme et d'entretenir avec ses agents une correspondance confi- dentielle en dehors de la correspondance officielle.'


248 Illustrative Extracts concerning

  • Ind6pendamment des memoires specialement destines a

1'exposition des faits importants et a la discussion des questions que ces faits soulevent, c'est par des lettres et des notes que les agents diplomatiques suivent les affaires qui leur sont confiees. ... A cote des notes signees, 1'usage admet la 'remise de notes elites verbales que 1'Envoye s'abstient de signer pour ne point engager sa responsabilite d'une maniere definitive, ou lorsqu'il s'agit simplement de rappeler les points essentiels d'une con- versation politique sur une question traitee de vive voix.

  • C'est au moyen des ecrits dont nous venons de parler que

1'agent s'acquitte de ses fonctions officielles aupres de la cour ou il reside ; quant aux relations qu'il entretient avec le cabinet qui 1'y a accredite, elles ont lieu au moyen de lettres, qualifiers depeches, dans lesquelles il rend compte de toutes ses demarches, et transmet toutes les informations que son zele et son habilete le mettent a meme de recueillir.' x

' On donne, en diplomatic, le nom de memoires aux ecrits politiques d'une certaine etendue destines a 1'exposition cir- constanciee d'affaires qui sont ou qui deviennent 1'objet d'une negociation politique, d'evenements donnant matiere a une justification de conduite ou motivant des mesures dont on enonce le but et la portee, et a la discussion des questions que ces affaires soulevent. Ce qui distingue les notes des memoires, c'est moins encore 1' extension de ces dernieres pieces que 1'absence convenue des formules de courtoisie et des formes consacrees par le ceremonial. On y parle toujours a la troisieme personne, et le nom du signataire s'y place, en terminant, a cote de la date, sans autres formalites . . .

  • Les cabinets repondent aux memoires qui leur sont adress6s

par des ecrits rediges dans la meme forme, et que 1'on designe sous le nom de contre-memoires.' 2

' Les memoires, auxquels on donne aussi quelquefois le nom de memorandum, et que le vieux langage diplomatique a longtemps appeles deductions, sont, selon les circonstances, ou des documents destines a la publicite, ainsi que les declara- tions et les exposes de motifs, ou des notes confidentielles dont la forme seule differe des autres notes diplomatiques.

' Ces documents sont quelquefois r6dig6s en commun par

1 Martens, ii, pp. 266-9. - Ibid., ii, pp. 269-70, 271.


the Conduct of Negotiations 249

plusieurs des ministres accredited a la meme cour, lorsqu'ils sont charges de faire au souverain une representation col- lective au nom de leurs cabinets respectifs ; ou bien encore cette representation, quoique d'un interet commun et ayant le meme but, est redigee et remise par chacun d'eux separement.

  • Les instructions qui sont donnees par les cabinets a leurs

representants a 1'etranger, lorsqu'ils se rendent a leur poste, sont le plus habituellement redigees sous forme de memoires. Dans ce cas, la piece est intitulee Memoire pour servir ^in- structions. x

Of Treaties : 2 ' He [the Ambassador] ought not to suffer those Words of Form ... to be compris'd or stifled under general Terms ; because this Negligence affords Princes, who adhere rather to the Gloss than to the Text, the Advantage of making thereof an Explanation more conformable to their Interest, than to the Intention of the Embassador's Master. He ought not neither to suffer an essential Clause, or important Condition, to be made a separate or secret Article ; unless it be there expressly said, That such Article shall have the same Force, as if it had been inserted Word for Word in the Treaty.' 3

' II y a plusieurs sortes de Traitez entre les Princes et les Etats Souverains, les principaux sont ceux de paix, de treve, ou de suspension d'armes, d'echange, de cession ou de restitu- tion de places ou de pays contestez ou conquis, de reglemens, de limites, & de dependances, de ligues tant offensives que deffensives, de garantie, d'alliance par mariage, de com- merce, &c.

' II y a des Traitez qu'on appelle secrets, parce que 1'execu- tion & la publication en demeure quelque temps suspendue, il y a aussi des Traitez publics, auxquels on joint des articles secrets.

  • II y a des Traitez qu'on appelle Eventuels, parce que leur

execution depend de certains evenemens que Ton juge devoir arriver & sans lesquels ces Traitez sont de nul effet.

1 Ibid., ii, pp. 272-3. See also Satow, A Guide to Diplomatic Practice, above, pp. 158-9.

2 Wicquefort, bk. n, ch. xii, pp. 371-84. See also ch. xi, 'Of Mediation '.

3 Ibid., p. 380.


250 Illustrative Extracts concerning Negotiations

  • Lorsque les Ministres de deux Puissances egales signent un

Traite, ils en font dresser deux copies qu'on appelle un double instrument, & chacun d'eux nomme son Prince le premier dans celui qu'il garde & y signe a la premiere place, afin de ne point prejudicier a leur prevention sur les rangs lorsqu'il y a quelque concurrence entr'eux.' 1

1 Callieres, pp. 185-6.