French poems, nursery rhymes and riddles

From Wikisource
Jump to: navigation, search
French poems, nursery rhymes and riddles , translated by Wikisource
1881

PREFACE TO THE SECOND EDITION.[edit]

The notes accompanying the following selection of French Nursery Rhymes are only intended to explain such words and phrases as are not likely to be clearly understood by children. Philological and other notes, fully entering into the origin and purpose of each particular rhyme, and offering a key to ail obsolete words or provincialisms would have been out of place in a book of such an unpretending character as the present. Students or levers of this branch of juvenile poetry are referred to the labours of Messrs. Gaidoz, Kuhff, and others, to whom the editer is indebted for a considerable number of the rhymes contained in this little volume.

Prière du soir/Evening Prayer[edit]

    Original French     English

Je suis las, il fait nuit.
Bonsoir, cher petit père ;
Couche-moi, bonne mère ;
Porte-moi dans mon lit.

Redis-moi ma prière :
Mon Dieu, veille sur moi,
Fais-moi vivre pour toi.
Pour mon père et ma mère.

I'm tired, it's night-time (now)
Good night (my) dear precious Papa
Lay me down, gracious Mama
Carry me to bed.

Pray with me once again:
Dear God, Keep watch over me.
That I may live for you,
For my Dad and Mom.


L'ANGE GARDIEN.[edit]

    Original French     English

Veillez sur moi quand je m'éveille,
Bon ange, puisque Dieu l'a dit ;
Et chaque nuit que je sommeille,
Penchez-vous sur mon petit lit.
Ayez pitié de ma faiblesse ;
A mes côtés marchez sans cesse,
Parlez-moi le long du chemin ;
Et pendant que je vous écoute,
De peur que je ne tombe en route,
Bon ange, donnez-moi la main.
Une bande d'anges roses et beaux
Planent au-dessus de mon berceau.
Deux à deux, tout alentour.
Gardent ma couchette[1] nuit et jour ;
A mes pieds, à mon chevet,
Constamment ils font le guet,
Me ferment doucement la paupière
Quand j'ai fini ma prière ;
Et la nuit sur moi ils veillent.
Et le matin me réveillent ;
Quand il fait du froid, du vent.
Ils me couvrent chaudement,
Et au terme de ma vie,
Me conduisent en Paradis.

Keep watch over me when I awake,
Good angel, because God said you would.
And each night as I sleep
lean over my little bed.
Have pity on my weakness
and walk beside me always.
Chat with me all along the journey
and while I listen to you,
lest I fall along the way,
Good Angel, give me your hand.
A ring of Angels, beautiful and pink
Hover above my cradle.
Two by two, all around
they guard my crib night and day.
At my feet and along side my bed
they constantly keep watch.
Gently closing my eyes (eye-lids)
when I finish praying.
And all night they watch over me
and wake me in the morning.
And when it is cold, or windy,
they cover me warmly.
And at the end of my life
they (will) lead me to Paradise.

DORS, ENFANT, DORS.[edit]

Dors, enfant, dors.

Papa garde les moutons,

Maman, sur son poupon,

Agite la branche d'or,

Qui fait tomber sur les enfants

Des rêves de perles et diamants.

Dors, enfant

Dors, bébé, dors,

Car j'entends au dehors

Un mouton blanc, un mouton noir,

Qui disent : Enfant, enfant, bonsoir."

Et si l'enfant ne veut dormir.

On verra bientôt accourir

Un noir ou blanc petit mouton,

Pour picorer le pied mignon

De mon joli petit poupon.

1 Picorer (v.a.), îiom piquer, to prick, to peok (of birds).

4 FRENCH NURSERY RHYMES.

CHANSON DE BERCEAU D'UNE PETITE SŒUR.[edit]

Joli berceau, je t'en prie, Berce mon petit frère chéri.

Garde-toi bien de l'éveiller ; Sans quoi il me faudrait veiller.

Ne le jette ni ça ni là ; Car j'en aurais du tracas.

Ne me le fais pas tomber ; Car tu me le ferais crier.

Ne le jette point sens dessus dessous, Pour qu'il dorme tout son soûl.^

1 Soûl (s.m.), from Latin " satuUus," satisfied, fiU, belly-full. Pour qu'il dorme tout son soûl ; that he may sleep to his heart's content.

LA DORMETTE.i

Passez, la dormette, Passez par chez nous Endormir gars, fillettes, La nuit et le jour.

  • Note. — La dormette est cette bonne vieille femme qui verse, la

nuit tombante, le sable et le sommeil dans les yeux des enfants.

FRENCH NURSERY RHYMES.

FAIS DODO.i

Fais dodo,

Colin, mon p'tit frère, Fais dodo, T'auras du gâteau, Papa en aura. Maman en aura. Et moi j'en aurai Tout un plein panier.

ï Bndo (tn.s,), luUaby, by-byj faire dodo, or aller à dodo, to to luUaby.

LE GUET.»

Guet ! bon guet !

n a frappé douze heures ;

Guet ! bon guet !

Dormez dans vos demeures.

1 Guet (s.m.), watch ; guetter, to watch, to be on the watch for ; le dernier guettait à toute heure les pondes dhmfermier, the latter was at every moment on the watch for a farmer's chickens.

6 '■ FRENCH NURSERY RHYMES.

LE COUVRE -FEU.i

Rentrez, habitants de Paris, Tenez-vous clos en vos logis ; Que tout bruit meure, Quittez ces lieux, Car voici l'heure. L'heure du couvre-feu.

I Couvree-feu {s.m.), curfew, in feudal times, the rînging of a cil at eight o'clock as a signal to put out all fires and lights.

LE REVEIL.

J'ai bien dormi ! J'étais parti Loin, loin d'ici ! Me revoici. Maman aussi. Mon Dieu, merci.

LE MATIN.

Voici l'aurore, La nuit s'enfuit ; Le ciel se dore. Le soleil luit.

FRENCH NURSERY RHYMES.

MA PRIÈRE.

Dès que la journée commence, Je demande à Dieu son secours, Et sitôt que la nuit s'avance, De me veiller avec amour.

DIEU EST AVEC MOI.

Le bon Dieu me voit. Du ciel me regarde, Il est avec moi, Et toujours me garde ; Non, je n'ai pas peur, Non, je n'ai frayeur, n est avec moi.

LA PETITE MARIE.

Qui n'aimerait la petite Marie, Elle est si sage dans la nuit ! Elle n'appelle ni ne crie. Et jamais ne fait aucun bruit, S'il lui faut passer plus d'une heure, Quelquefois, sans pouvoir dormir, N'allez pas croire qu'elle pleure, Ou seulement pousse un soupir.

8 FRENCH NURSERY RHYMES.

Elle attend que le jour paraisse ;

Puis, tout doucement sort du lit,

Pour savoir ce que maman dit.

Sa maman dort ; elle la laisse.

Quand maman se réveille enfin :

" Bonjour, maman ! "—C'est toi, ma fille !

Les yeux ouverts de grand matin.

Sans dire mot : qu'elle est gentille !

Viens m'embrasser, petit poussin ! " *

J'ai donc raison quand je m'écrie :

Qui n'aimerait la petite Marie !

1 Poussin {s. m.), chicken.

BÉBÉ APPREND A MARCHER.

Trotte, bébé, trotte ; Donne-moi ta menotte ; ' Un, deux, trois, Bébé a fait un pas.

1 Menotte (s./.), dim. of main, hand.

UN, DEUX, TROIS.

1, 2, 3,

Un, deux, trois. Allons au bois.

FRENCH NURSERY RHYMES. 9

4, 5, 6,

Quatre, cinq, six, Cueillir des cerises.

7, 8, 9, Sept, huit, neuf, Dans mon panier neuf.

10, 11, 12, Dix, onze, douze, Elles seront toutes rouges.

DEUX ET TROIS.

Un et deux et trois bas,

Deux et trois font cinq, n'est-ce pas ?

Si Tun d'eux je perds.

M'en restera deux paires.

LES NOIX.

Un, deux, trois,

Mes noix. Fait', fait' colleret',i Fait', fait' collerette, Jusqu'à vingt-trois.

> Collerette (s./.), dim. of eolUer, necklet.

10 FRENCH NURSERY RHYMES.

COMPTER. 1.

Un petit chien demandant sa vie, En passant par ce pays-ci, Pont une, — c'est pour toi la prune ; Pont deux, — c'est pour toi les œufs ; Pont trois, — c'est pour toi les noix ; Pont quatre, — c'est pour toi la claque ; * Pont cinq, — c'est pour toi la seringue ; Pont six, — c'est pour toi les cerises ; Pont sept, — c'est pour toi l'assiette ; Pont huit, — c'est pour toi les huîtres ; Pont neuf, — c'est pour toi le bœuf.

1 Claque (s./.), slap; donner une claque à quelqu'un : to give a person a slap.

2.

En passant par la cuisine,

De monsieur Portefarine,

J'entendis qu'il rôtissait

Trois douzaines de p'tits poulets.

J'ai demandé pour qui c'était,

On m'a dit que c'était pour mon père.

Mon père m'en a fait goûter,

J' les ai trouvés trop salés.

FRENCH NURSERY RHYMES. 11

(Un, deux, trois, quatre, cinq, six, sept, huit, neuf, dix, onze, douze.)

Mouche ton nez, Petit effronté. Arlequin, Mouch' le tien.

LES DOIGTS. 1.

C'est le petit glin — glin ! ^ Qui fait le tour du moulin, Qui lave les écuelles Et casse les plus belles. Et qui fait miaou, miaou ! Miaou ! miaou ! miaou !

1 Qlin-glin (from Germ. klein), the little finger.

2.

C'est lui qui va à la chasse, C'est lui qui a tué le lièvre, C'est lui qui l'a fait cuire. C'est lui qui l'a mangé.

12 FRENCH NURSERY RHYMES.

Et le petit glin — glin, Qui était derrière le moulin, Disait : "Moi, j'en veux, j'en veux ! J'en veux ! j'en veux ! j'en veux !*'

ABC. A, b, c,

Le chat est allé

Dans la neige ; en retournant,

11 avait les souliers tout blancs.

A, b, c,

Le chat est retourné,

S'est nettoyé la patte mignonne,

Pour n'être vu de personne.

A B C D.

La vache a fait le vé ; ^ Le vé s'est ensauvé, La vache a pleuré ; Le vé est revenu, La vache a rizu;* Saura té.

ï Le vé (veau), calf. * Rizu, ri.

FRENCH NURSERY RHYMES. 13

LES JOURS DE LA SEMAINE. 1.

La semaine au lundi commence, Et le mardi l'ouvrage avance ; Ensuite vient le mercredi, Le jeudi, puis le vendredi Le samedi comble nos vœux, Et dimanche nous prions Dieu.

2.

Bonjour, Lundi,

Comment va Mardi ?

Très bien, Mercredi ;

Je viens de la part de Jeudi,

Dire à Vendredi

Qu'il s'apprête Samedi,

Pour aller à la messe Dimanche.

LES DIX COMMANDEMENTS DE L'ÉCOLIER.

1. A la classe tu te rendras Toujours très ponctuellement.

2. Avec soin ton devoir feras, Et l'écriras bien proprement.

14 FRENCH NURSERY RHYME3.

3. Tes leçons étudieras

Et apprendras parfaitement,

4. Et surtout ne bavarderas Pendant la classe aucunement.

5. Dame Paresse éviteras, Et fuiras soigneusement.

6. De l'instituteur tu suivras Les avis très docilement.

7. Bon camarade tu seras : On t'aimera certainement.

8. Tous les soirs tu retourneras, A ta maison tranquillement.

9. Les passants tu salueras Toujours respectueusement.

10. En faisant cela, tu seras Un bon élève assurément.

LA SEMAINE DE L'ÉCOLIER PARESSEUX.

Lundi, mardi, fête ; Mercredi, peut-être; Jeudi, la Saint-Nicolas ; Vendredi, je n'y serai pas; Samedi, je reviendrai; Et voilà la semaine passée !

FRENCH NURSERY RHYMES. 15

LE PARESSEUX. Gâtineau n'est pas mort, Il est dans son lit malade. Gâtineau n'est pas mort, H est dans son lit qui dort.

APPRENDS, TU SAURAS. Apprends, tu sauras. Si tu sais, tu pourras. Si tu peux, tu voudras. Si tu veux, bien auras. Si bien as, bien feras. Si bien fais. Dieu verras. Si Dieu vois, sain seras A tout jamais.

LA CHANSON DE JEANNETTE. Jeannette est mon nom. Je ne sais pas de leçon. Maman, chante-moi une chanson, Que j'en apprenne bien le ton, Pour quand les gens demanderont, Si j'ai appris ma leçon. Je puisse leur dire de bon : Jeannette est mon nom, Et je sais une chanson.

16 FRENCH NURSERY RHYMES.

OH! MAMAN MIGNONNE.

Oh ! maman mignomie, Si vous m'aimez bien, Prenez une verge, ^ Fouettez-moi bien, Car je vous assure Que les petits enfants Ont de la malice Avant que d'être grands.

1 Ferge (s./.), rod, -w bip.

MADEMOISELLE GROS-DOS.

Dans notre cour un arbre croît. Qui ne veut pas se tenir droit.

A la maison pousse une fille, Qui se tient comme une faucille.^

Jardinier, avez-vous des pieux ? ^ Prenez -en un, prenez -en deux.

Le plus menu fichez en terre. Pour dresser l'arbre réfractaire.

A mademoiselle Gros-Dos, Dans son corset plantez le gros.

1 Faucille (s./.), sickle. ^ Pieux {s, m.jpl.), stakes.

FRENCH NURSERY RHYMES. 17

LES ŒUFS DE PAQUES.

Bonjour, la société ! Donnez, donnez, donnez ! Je viens quérir ^ mes roulés, * Donnez, donnez, donnez !

  • Quérir {v. a.), to fetch. ^ Roulés (s. m., pi.), ooloured eggs.

LA CAILLE ET LA PERDRIX.

J'ai VU la caille ^ Dedans la paille, Qui s' p'iotonnait ; * La perdrix' Dans la prairie. Qui se mettait.*

  • Caille (s./.), quail. 2 gg pelotonner (v. p. r,), fig. to roll one's

self up. 8 Perdrix (s.f.), partridge. * 80 motter {v.p.r.), to lork behind a clod.

LA BASSE-COUR.i

Madame Canard, d'un air coquet, Dit : " Je vois venir des soldats."

» Basse-cour (s. /.), poultry-yard.

18 FRENCH NURSERY RHYMES.

Monsieur Canard, qui fait le guet, Dit : " Saperlotte, où ça, où ça ?" Médor ^ demande : Boubou, boubou ?" Minette ^ répond : " Mïou-mïou." " Oui," dit le coq, " car je les vois, Kikiri ki ki, un, deux, trois !"

1 Médor, name of a dog. 2 Minette, Pussy.

LES TROIS POULES.

Quand trois poules vont au champ, La première va devant, La seconde suit la première, La troisième va par derrière : Quand trois poules vont au champ, La première va devant.

LE PETIT COQ TIC-TOC.

Tic, tac, toc,

Quel est ce coup sec ?

Eic, rac, roc,

C'est d'un petit bec ;

Cric, crac, croc,

La coquille casse ;

FRENCH NURSERY RHYMES. 19

Fric, frac, froc. C'est l'ergot ^ qui passe ; Clic, clac, cloc, C'est coquet Tic-toc, Flic, flac, floc, C'est le petit coq.

» t\-got {s. m.), spur (of a cock), dew claw (of a dos).

QUIBUS, QUABUS, Quibus, quabus ! Qui est-ce donc qui glousse ? ^ C'est la poule et ses poulettes, Qui n'ont ni souliers ni chaussettes ; Monsieur Canard et madame Oie, Qui ne veulent jamais marcher droit.

Ils viennent de bien loin, allez !

De par la mer des scarabées,^

Où ils n'ont trouvé à gruger ^

Que du fromage tout émietté.

Ah ! donnez vite, car ils ont faim,

Donnez-leur vite une croûte de pain.

Monsieur du Coq, d'im ton hardi,

Vous crie déjà : kiki riki !

^Glousser {v. a.), to chuckle. ^Scarabées (s.f.pU, beetles « Gruger (v. a.), (fig.) to devour. '

G 2

20 FRENCH NURSERY RHYMES.

LA RONDE DU CANARD BLANC.

Derrière chez mon père, H y a un petit étang ; Trois canards s'y vont mirants. Le fils du roi y vint passant, Et tira sur celui de devant. fils du roi ! tu es méchant ; Tu as tué mon canard blanc. J'ai vu la plume voler au vent, , Et par le bec l'or et l'argent.

UNE POULE SUR UN MUR.

Une poule sur un mur, Qui pigoce ^ du pain dur,

Pigoci,

Pigoça, P'tit enfant, ôt'-toi de là.

1 Pigocer (picoter), see note, page 3.

LES DEUX PETITS POULETS.

Deux petits poulets étaient frères, Et pourtant ils ne s'aimaient pas ;

PRENCH NURSERY RHYMES. 21 "

C'était toujours coups de becs et combats.

Un cuisinier les vit : "Ah ! mes petits compères,"

Cria-t-il, " pas tant de façons !

Pour mettre fin à vos colères,

A la broche, * mes polissons ! "

» Broche (s. /.), spit.

LA CHANSON DE LA POULE GRISE.

'L'était un' p'tit' poule grise Qu'allait pondre dans l'égHse,

Pondait un petit coco ^ Que l'enfant mangeait tout chaud.

'L'était un' p'tit' poule blanche Qu'allait pondre dans la grange,

Pondait un petit coco Pour l'enfant qui fait dodo.

'L'était un' p'tit' poule jaune Qu'allait pondre sous la geôle,*

Pondait un petit coco Que l'enfant mangeait tout chaud.

i Coco {Coquille, BheU), egg. » Geôle (s./.), gaol, prison, gailor'a lodga.

22 FRENCH NURSERY RHYME3.

LE DINDON.»

Moi, je me pare,

Moi, je me carre, ^ Moi, je suis gras et beau !

Ma plume est noire,

Mon dos de moire,^ De rubis mon jabot.*

Voyez ma tête,

Ma rouge aigrette ; Voyez, admirez tout !

L'écho s'apprête,

Il vous répète Mon solennel glouglou.**

Ma queue est-elle

Fournie et belle ! Voyez, c'est un soleil.

Tout brille et tremble ;

Que vous en semble ? Suis-je pas sans pareil ?

1 Dindon (s.m.),tnTkey. ^ Se carrer {v. p.), to stnit, te look big, grand. ^ Moire (s./.), moire, watered silk ; de moire, brilliant, shining. * Jabot (s. m,), crop. ^ Glou-glou (s. m.), gabbling.

FRENCH NURSERY RHYMES. 23

Elle frissonne,

Elle rayonne, Ma plume de velours !

Faites-moi place,

Et que je passe Triomphant dans la cour.

POISSON D'AVRIL.

Mois d'Avril, Qui fait courir Les ânes gris Jusqu'à Paris.

LES POMMES.

Charge, pommier,

Charge, poirier,

A chaque petite hranchette,

Tout plein ma grande bougette ! ^

i Bougette : petite poche.

24

PEENCH NUBSERY RHYMES.

RATAPLAN.

Rataplan, rataplan, rataplan !

En avant, en avant, en avant ! Soldats de bois, soldats de plomb, Méritez vite un autre nom. Eataplan, rataplan, rataplan ! En avant, en avant, en avant !

Eataplan, rataplan, rataplan !

En avant, en avant, en avant ! Quand je sonne de ma trompette, Que chacun en ligne se mette ! Eataplan, — plan, — plan ! En avant, — 'vaut, — 'vant !

A PARIS, A PARIS, A PARIS.

A Paris, à Paris, à Paris, Sur un petit cheval gris ; A Eouen, à Eouen, à Eouen, Sur un petit cheval blanc ; Au pas, pas, pas— au trot, trot, trot- Au galop, au galop, au galop.

FEENCH NUESERY EHYMES. 26

LE BOUTE-SELLE.»

A cheval, à cheval,

Sur la queue d'un original.'

A Rouen, à Rouen,

Sur la queue d'un p'tit cheval blanc.

A Paris, à Paris,

Sur la queue d'un' p'tite souris.

A Versailles, à Versailles,

Sur la queue d'un' grand' vach' caille.^

1 Boute-selle (s. m.), signal to saddle, from bouter, to put, and selle, saddle. 2 L'original meana hère the Canadian elk. 8 ia vache caille, of différent colors.

L'AGNEAU.

Bee, bee, becky bee ! Agnelet qui court les bois. Rôdant, sautant plein de joie, Court si vite qu'il tombe, hélas I Puis va crier : " Oh, là là ! Brebis mie,^ à moi, à moi ! '*

26 FKENCH NUKSERY BHYMES.

Bee, bee, becky bee ! Agnelet qui court la ville, Tombe et se démet la cheville ^ Contre une borne ^ de rue, hélas ! Puis va crier : " Oh, là là ! Brebis mie, à moi, à moi ! "

Bee, bee, becky bee ! Agnelet qui court les monts. Se trouve pris dans les buissons, Et se fait bobo,* hélas ! Puis va crier : *' Oh, là là ! Brebis mie, à moi, à moi !"

1 Mie, abbreviation of amie. 2 Cheville (s./.), ankle. ' Borne (s./.), etone, post. * Se faire hobo, to hurt one's self slightly.

L'ORAISON DU LOUP.

OÙ vas-tu, loup ?

— Je vais, je ne sais où. Chercher bête égarée, Ou bête mal gardée.

— Loup, je te défends. Par le grand Dieu puissant, De plus de mal leur faire Que la bonne mère

N'en fait à son enfant.

FRENCH NUESERY KHYMES. 27

LES DEUX BRAVES.

Deux lapins comme cent zouaves, Un jour ont juré d'être braves.

Us ont juré de faire un coup,

Et de mettre à mort le vieux loup.

A sa dame chacun d'eux jure De lui rapporter la fourrure.

Chacun d'eux en partant promet La queue à son fils pour plumet.

Ils arrivent, tambour en tête. Au fourré ^ de la grande bête.

Juste en ce temps le loup rentrait, Un bout de queue encore musait.^

Les deux braves, comme un seul lièvre. Filent, et rapportent... la fièvre.

1 Fourré {s. m.), thicket. ^ ^Encore musait, was still visible (muser, to dawdle, to loiter).

LES QUESTIONNEURS.

Le corbeau dit à la grenouille :

" Qu'est-ce ? quoi ? que dis-tu ? Dis-moi ! "

28 FRENCH NURSERY RHYMES.

La grenouille répète : " Coa ! '* Le corbeau recommence : " Quoi ? " Un fin petit linot gazouille : ^ "La grenouille dit comme toi, Questionneur, toujours quoi ? quoi ?

1 Gazouiller [y, «.), to cliirp, to twitter.

POLICHINELLE.^

Silence ! silence ! Polichinelle s'avance, Silence ! silence !

Mon dos Devient trop gros!

1 Polichinelle, Punch, Punchinello.

ARLEQUIN.

Arlequin dans sa boutique, Sur les marches du palais. Fait la leçon de musique A tous ses petits valets.

A monsieur Po,

A monsieur Li,

A monsieur Chi,

A monsieur Nelle, A monsieur Polichinelle.

FRENCH NURSERY RHYMES. 29

LOUSTIC SE BARBOUILLE DE GROSEILLE.

n se frottait jusqu'aux oreilles, La bouche de jus de groseilles, Puis il poussait des cris de paon :

  • ' Ahi ! je saigne ! " La maman

Accourt, à peine elle respire, Et l'espiègle ' éclate de rire.

1 Espiègle, from " Eulenspiegel," name of a legenclary German jester (XlVth century), arcli little feUow.

LOUSTIC SE MOUCHE LA TETE.

Une des farces de Loustic, Quand il se mouchait en public, Etait de sonner la trompette D'une façon fort indiscrète. Il ne songeait pas, le vaurien, Que son cou ne tenait plus bien. Un jour qu'il fit la clarinette En se mouchant dans sa serviette, H moucha si bien son nez sec Qu'il se moucha la tête avec !

30 FEENCH NURSERY RHYMES. NOËL.

Adieu Noël —

Il est passé !

Noël s'en va —

H reviendra ! Sa femme à cheval, Ses petits enfants

Qui s'en vont

En pleurant. Le petit Colin Qui porte le vin, La petite Colinette Qui porte la galette.^ Adieu les Kois — Jusqu'à douze mois ! Douze mois passés — Rois, revenez !

1 Galette (s.f,), cake. AS-TU VU LA CASQUETTE P

As-tu VU la casquette, la casquette, As-tu vu la casquett' du pèr' Bugeaud ?

Elle est faite, elle est faite, la casquette, Elle est faite de poils de chameau.*

1 Poils de clmmeau, catnel-hairs.

FRENCH NURSERY RHYMES. 31

LA PORTE SAINT-DENIS.

J'ai passé par la porte Saint-Denis, J'ai marché sur la queue d'une souris, La souris a fait cri-cri, Et mon petit conte est fini.

GRAND FRONT.

Grand front. Petits yeux, Gros yeux, Nez croquant. Bouche d'argent. Menton fleuri, Croquons l'ami.

UN TEMPS DE PLUIE.

Mouille, mouille. Paradis, Tout le monde est à Tabri ; N'y a que mon petit frère, Qu'est sous la gouttière A ramasser des p'tits poissons Pour sa collation ;

32 FRENCH NURSERY RHYMES.

La gouttière a défoncé, Mon p'tit frère s'en est allé Tout mouillé.

SAINT PAN GARD.

Saint Pançard n'a pas soupe ;

Vous plaît-il de lui donner

Une croûte de pâté ?

Taillez haut, taillez bas,

Un bon morceau au milieu du plat.

Si vous n'avez pas de couteau,

Donnez-lui tout le morceau.

GENEVIÈVE DE PARIS.

Geneviève de Paris, Prête-moi tes souliers gris Pour aller en Paradis ; On dit qu'il y fait si beau Qu'on y voit les quatre agneaux. Pim ! pim ! Pomme d'or ! La plus belle est en dehors !

FEENCH NURSERY RHYMES. 33

LE COLIMAÇON.!

7

Oolimaçon borgne ! ^ Montre-moi tes cornes ; Je te dirai où ta mère est morte, Elle est morte à Paris, à Eouen, Où l'on sonne les cloclies.

Bi, bim, bom,

Bi, bim, bom,

Bi, bim, bom.

ï Colimaçon (s. m.), snail. 2 Borgne {adj.), oue cyed

QUI LE SERA?

Une pomme d'or Est faite en or. Saint Pierre, saint Simon, Gardez bien notre maison. S'il y vient un pauvre, Donnez-lui l'aumône ; S'il y vient un capucin, Donnez-lui un verre de vin ; S'il y vient un larron,* Donnez-lui cent coups de bâton.

1 Larron (s. m.), thief, robber.

84 FEENCH NURSERY RHYMES.

CROQUEMITAINE.»

Croquemitaine, Croquemitaine, Avec son gros sac de laine, Et son vieux bâton de chêne, A la suite des âmes en peine Marche et marche à perdre haleine. Sauvez-vous, garçons, fillettes, Sauvez-vous, car il vous guette,

11 vous guette

Et vous jette Du gros sable sur la tête. Gare ! oh, gare ! faites route nette.

1 Croquemitaine (s. m.), Old Bogie, fig. a bugbear.

LA CHANSON DE FILASSE.

Quand la bergère s'en va-t-aux champs, La quenouillett' ^ s'en va en filant.

Elle tourne,

Elle mouille,

EUe file,

1 Quenouillette, dim, of quenouille (s,/.), distaff.

FRENCH NURSERY EHYMES. gg

Elle coud,

Elle va,

Elle vient,

Elle appelle son chien :

Tiens, Taupin, tiens,

Tiens, tiens, tiens, Taupin I

Tiens !

Du pain.

FILLETTE ET MINETTE.

Fillette ^ devrait filer, Et voudrait mieux jouer, Minette devrait jouer. Et préfère filer. Faire ce que dois Est une bonne loi.

Mais ni Fillette

Ni Minette N'y veulent ajouter foi.

1 Fillette, dim. ot fille.

86 FEENCH NURSERY RHYMES.

MINETTE.

Çà, tous les quarts d'heure, Minette, Pourquoi donc fais-tu ta toilette ? — Pourquoi ? parce que c'est trop laid Quand on n'est pas bien propre et net. Tout soigné, pattotte ^ et barbette,^ C'est la manière de Minette.

Aussi Minette a bon renom: Au salon elle a son entrée ; Elle est choyée ^ et caressée ; Chacun la prend sur son giron.* C'est le soin, le débarbouillage, Qui lui valent cet avantage.

Propre au dehors, net au dedans, C'est le mot des gentils enfants.

1 Pattotte (s./.), dim. of patte, paw. 2 Barbette (s.f.), dira, of barbe, v/iàskeia. » C/toj/^e (ac^./.), petted. * Giron (s. m.), lap.

FRENCÏÏ NUESERY RHYMES. 37

LA CHAMBRE VERTE.

En rentrant dans la petite chambre verte, J'ai trouvé Minette, Qui avait ma houlette.^ Je lui ai dit: "Minette, Eends-moi ma houlette ?

— Je te rendrai pas ta houlette, Avant d'avoir du lait."

J' m'en vais à ma vache : •* Vach', donne-moi du lait ?

— Je te donnerai pas du lait,

Avant que tu m'aies donné de l'herbe."

Je m'en vais à ma faux :^

" Faux, donne-moi de l'herbe ?

— Je te donnerai pas de l'herbe, Avant que tu m'aies donné du lard." ' J' m'en vais à mon cochon :

" Cochon, donne-moi du lard ?

— Je te donnerai pas du lard.

Avant que tu m'aies donné des glands.'"*

1 Houlette (s.f.), trowel. 2 Faux («./.), scythe. » Lard (s. m.), bacon. * Gland (n. m.), acorn.

38 FRENCH NURSERY RHYMES.

Je m'en vais au chêne :

  • ' Chên', donne-moi des glands ?

— Je te donnerai pas de glands, Avant que tu m'aies donné du vent." Je m'en vais au temps :

  • ' Temps, donne-moi du vent ? "

Le temps a tant venté, A tant venté mon chêne, Le chên' m'a-t-englandé, J'ai englandé mon cochon, Mon cochon m'a-t-enlardé, J'ai enlardé ma faux, . Ma faux m'a-t-enherhé, J'ai-t-enherbé ma vache. Ma vach' m'a-t-allaité. J'ai allaité Minette, Qui m'a rendu ma houlette.

LES DEUX CHATC.

Mistigris, docile, propret, Plein de douceur, de gentillesse, Apprenant tout ce qu'on voulait, Obéissant à sa maîtresse, Devint un petit chat parfait.

PEENOH NURSERY EHYMES. 39

Il sut bientôt avec adresse

Exécuter maints jolis tours :

Saluer avec politesse,

Faire la patte de velours,

Le mort, le gros dos, la toilette,

Le saut par-dessus la manchette,

Et caetera. Bref, en un mot,

D acquit d'un chat comme il faut L'éducation bien complète. Je ne puis malheureusement En dire autant de son confrère ; Car celui-ci, tout au contraire, Paresseux, farouche, gourmand. Voleur, indocile, ignorant, N'apprit rien ; on n'en put rien faire. Conséquence, hélas ! nécessaire De l'obstination et de l'oisiveté !

Sans un peu de docilité. On ne réforme pas un mauvais caractère. Et Ton n'acquiert quelque talent Qu'en travaillant.

40 FEENCH NURSERY RHYMES.

RISETTE.»

Clair œillon^ de rat, Eis, doux scélérat. Frais néchon^ de chat, Eis, beau camusat.* Babinette' nette, Kis dans ta barbette. Bouchette rosette, Montre ta languette. Ha ! ha ! la voilà ! La risette est là.

1 Risette (s. /.), from, ris, laughter. ^ ŒUlon (s, m.), dim. of œiî, eye. ^ Néchon {s. m.), dim. oi nez, nose. ^ Camusat {s. m.), from camus, flat-nosed. ^ Babinette (s. /.), from hahines (Lat. laiia,) lips.

LA SOURIS CREDULE.

H faut croire sa bonne mère,

Ses bons parents, nos vrais amis.

Mais ne pas suivre les avis

De tous ceux qu'on ne connaît guère.

  • ' Viens ici, petite souris,"

FRENCH NURSERY RHYMES. 41

Disait un polisson de rue ;

  • ' Je te donnerai du pain bis,*

Viens, ne crains pas que je te tue." La souris confiante alla : Le petit bandit Tassonima.

1 Pain his (s. m.), coarse bread.

LE JEU DU BLE.

Tica, tica, tac, Dans le moulin Le bon grain Devient belle farine. Tica, tica, tac. Dans le moulin La meule en tournant écrase le grain.

Gué, gué,^ bons paysans, Le monde a faim, du courage ! A Touvrage. Gué, gué, bons paysans. Vivent les bœufs, la charrue et les champs.

1 Que, for gai, cheerfal, merry.

42 FRENCH NURSERY RHYMES.

LA BONNE AVENTURE.

Je suis un petit poupon

De belle figure, Qui aime bien les bonbons

Et les confitures ; Si vous voulez m'en donner, Je saurai bien les manger.

La bonne aventure. Oh ! gué !

La bonne aventure.

Lorsque les petits garçons

Sont gentils et sages,

On leur donne des bonbons.

De jolies images ; Mais quand ils se font gronder. C'est le fouet qu'il faut donner.

La triste aventure. Oh ! gué !

La triste aventure.

Je serai sage et bien bon. Pour plaire à ma mère,

Je saurai bien ma leçon, Pour plaire à mon père;

FRENCH NURSERY RHYMES. 43

Je veux bien les contenter, Et s'ils veulent m' embrasser,

La bonne aventure, Oh! gué!

La bonne aventure.

GIRONNELLE.

Vous voulez me prendre Mon joli poupon, Non pas ! non, non, non ! Il faut me le rendi-e.

Mon poupon chéri, Moi je l'ai pétri ^ Des meilleures choses, De hs et de roses. De sucre et de lait ; On le croquerait.

Vous voulez me prendre Mon joh poupon ; Non pas ! non, non, non I Il faut me le rendre.

1 Pétrir {v. a.), tokae&d.

44 FEENCH NURSERY RHYMES.

J'ai pris pour ses yeux Deux myosotis bleus ; J'ai fait sa bouchette D'un bec de fauvette : ^ Et pour qui, pour quoi ? Pour rien que pour moi.

1 Fauvette (s.f.), warbler.

LA BONBONNIÈRE.»

A la discrétion de ses petits enfants, Sur une table une bonne mère Avait laissé sa bonbonnière. Doit-on ainsi tenter les gens ? L'un d'eux y puise sans scrupule ; Le bambin^ croque à belles dents ;^ Mais que prend-il ? Une pilule. Bientôt, un petit mal au cœur... Le larcin* est clair... Tout l'annonce. Le lit, la diète, la semonce,^ Vont punir le petit voleur.

ï Bonbonnière {s. /.), lozenge-box. 2 Bambin (s. m.), baby. ^ A belles dents, greedily. * Larcin (s. m.), larceny, theft. • Semonce {s. /.), lecture, reprimand.

FRENCH NUESERY RHYMES. 45

La friandise ^ est souvent corrigée. Gardons-nous de l'esprit malin : Il nous présente la dragée,* Et nous donne du chicotin.'

1 Friandise (s. /.), daintiness. 2 Dragée (s./.), sugar-plums. « Chicotin (s. m.), juice of the bitter-apple.

LE PETIT CHEVAL. Maître forgeron, Aidez-moi, de grâce !

— Que faut-il qu'on fasse, Mon petit luron ? ^

— J'ai pour ma monture Ce petit cheval :

Il ne va pas mal Mais la route est dure,

Et vous feriez bien, A ce qu'il me semble. De ferrer ensemble Le vôtre et le mien.

Voilà ma prière : Dites, voulez-vous ? Trois clous et six coups, Ce sera l'affaire.

1 Mon petit luron, my little fellow.

46 FRENCH NURSERY RHYMES.

POUR RENDRE LES ENFANTS SAGES.

S'en vient un seigneur au manoir Sur un fort joli cheval noir ; Quand une dame à la fenêtre S'en vient regarder le beau maître.

  • ' Il n'y a," dit-elle, " en ce logis

Qu'enfants et bébés tout petits ; " Et le seigneur du cheval noir Dit à la dame du manoir :

'* Et sont-ils sages, ces enfants ? Ah ! chère dame, dites promptement ! " "Non," dit la dame, "car mes enfants Ne sont nullement obéissants."

Le seigneur dit: "Hélas, hélas! De ces enfants je n'en veux pas !" Et sur son joli cheval noir S'en va bien loin de ce manoir.

LA LÉGENDE DE SAINT NICOLAS.

Il était trois petits enfants, Qui s'en allaient glaner ^ aux champs. ,,, ... .•• •••

1 Glaner (u. a.), to glean.

FRENCH NURSEBY KHYMES. 47

S'en vont un soir chez un boucher :

  • ' Boucher, voudrais-tu nous loger ? ^

— Entrez, entrez, petits enfants, Il y a de la place assurément."

Us n'étaient pas sitôt entrés, Que le boucher les a tués, Les a coupés en p'tits morceaux, Mis au saloir ^ comme pourceaux.

Saint Nicolas, au bout 4e sept ans. Saint Nicolas vient dans ces champs. Il s'en alla chez le boucher :

  • ' Boucher, voudrais- tu me loger ?

— Entrez, entrez, saint Nicolas,

n y a d' la place, il n'en manque pas." H n'était pas sitôt entré, Qu'il a demandé à souper.

    • Voulez-vous un morceau d' jambon?

— Je n'en veux pas, il n'est pas bon !

— Voulez-vous un morceau de veau ?

— Je n'en veux pas, il n'est pas beau!

1 Saloir (s. m.), salting-tub.

48 FKENCH NURSERY RHYME3.

Du p'tit salé je veux avoir, Qu'il y a sept ans qu'est dans 1' saloir. Quand le boucher entendit cela, Hors de sa porte il s'enfuya.

  • ' Bouclier, boucher ne t'enfuis pas,

Kepens-toi, Dieu te pardonn'ra." Saint Nicolas posa trois doigts Dessus le bord de ce saloir.

Le premier dit : "J'ai bien dormi," Le second dit : "Et moi aussi ! " Et le troisième répondit :

  • ' Je croyais être en Paradis."

L'ÉTOURDI. Un jour, un petit étourneau* S'en allait à la découverte ; En sautillant sur un rame au Il voit ime cage entr'ouverte. Vite il y court étourdiment ; Puis il entre résolument, N'écoutant que sa folle tête. Quand il voulut faire retraite, Il était pris : adieu gaîté. Arbres verts, soleil, liberté !

1 Etourneau {s.m.), starling.

FRENCH NURSERY RHYMES. 49

L'ÉCOLE BUISSONNIÈRE.i

Une fillette de huit ans,

La petite Nicole,

Disait toujours : " J'ai bien le temps

D'arriver à l'école." Et quand en classe, quand en classe elle arrivait. Sa maîtresse lui répétait :

"Enfant, si tu m'en crois, si tu m'en crois, ma chère, Ne fais pas, ne fais pas l'école buissonnière."

Mais Nicole n'écoutait pas

Cet avis salutaire ;

Elle s'en allait tout là-bas,

Aimant à ne rien faire. Prenant toujours, toujours les chemms les plus longs Pour attraper des papillons. "Enfant, si tu m'en crois, si tu m'en crois, ma chère, Ne fais pas, ne fais pas l'école buissonnière."

Un jour voici que tout à coup, Loin, bien loin de la classe, Nicole voit venir un loup... Elle eut beau crier grâce.

1 Uécole huissonnière (lit), hedge-school ; faire Vécole huissonnière (fig.), to play truant.

E

50 FRENCH NURSERY RHYMES.

Le méchant loup, le méchant loup sans se gêner, La mangea pour son déjeuner. "Enfant, si tu m'en crois, si tu m'en crois, ma chère, Ne fais pas, ne fais pas l'école buissonnière."

Lors la plus affreuse douleur,

Car rien ne la console,

A tout jamais brisa le cœur

Des parents de Nicole. Us la pleuraient, ils la pleuraient soir et matin. Ils en moururent de chagrin. "Enfant, si tu m'en crois, si tu m'en crois, ma chère. Ne fais pas, ne fais pas l'école buissonnière."

LE PETIT BOSSU.i

Dans mon champ derrière les bois, J'allais planter mes petits pois, Quand un petit bossu, ma foi ! Vient se planter devant moi.

Bien vite je rentre chez moi. Le bossu me suit, ma foi ! Et me mange mes croquignoles,^ Et me casse toutes mes casseroles,'

1 Bossu (s. m.), hunchback. ^ Croquignoles (s.f.pl.), cracknels. ' Casseroles (s.f.pl.), saucepans, stewpaaa.

FRENCH NURSERY RHYMES. gj

Je me sauve dans ma chambrette, Pour y manger ma dînette, Quand le petit bossu, ma foi ! M'enlève mon repas tout droit.

Je descends chercher de Feau, Ne puis plus trouver mon seau, Quand le petit bossu, ma foi ! Tout à coup se rue sur moi.

Je grelotte, car il fait froid, Et m'en vais chercher du bois, Quand le petit bossu, ma foi Se sauve avec toute la voie.

j

1

Dans ma cave je descends, Pour me rafraîchir le sang, Quand le petit bossu je vois. Mon verre à la main, qu'il boit.

Mon rouet 2 alors je prends, Pour me remettre les sens, Quand m'arrive le petit bossu, Et mon rouet ne tourne plus.

^ yoie (,./.), load of wood. « Rouet (s.rn.), spinning- wheel.

62 FRENCH NURSERY RHYMES.

Je rentre dans ma chambrette, Pour m'étendre sur ma couchette, Quand le petit bossu, ma foi ! D'un gros rire se moque de moi.

A genoux, près de mon lit, Vite mes prières je dis, Quand le petit bossu, ma foi ! Disparaît tout à la fois.

Enfants, priez, priez, priez sus* Pour la fuite du petit bossu.

1 Sus (interj.), now then, corne.

IL ÉTAIT UNE BERGÈRE. H était une bergère. Eh ! ron, ron, ron, petit patapon ; Il était une bergère. Qui gardait ses moutons,

Eon, ron. Qui gardait ses moutons.

Elle fit un fromage,

Eh ! ron, ron, ron, petit patapon ;

Elle fit un fromage

Du lait de ses moutons,

Eon, ron, Du lait de ses moutons.

FBENCH NUBSEBY EHYMES. 53

Le chat qui la regarde,

Eh ! ron, ron, ron, petit patapon;

Le chat qui la regarde

D'un petit air fripon,

Ron, ron, D'un petit aii- fripon.

" Si tu y mets la patte,

Eh ! ron, ron, ron, petit patapon ;

Si tu y mets la patte.

Tu auras du bâton,

Ron, ron. Tu auras du bâton."

D n'y mit pas la patte,

Eh I ron, ron, ron, petit patapon ;

Il n'y mit pas la patte,

Il y mit le menton,

Ron, ron. Il y mit le menton.

La bergère en colère.

Eh ! ron, ron, ron, petit patapon ;

La bergère en colère

Tua son petit chaton,

Ron, ron. Tua son petit chaton.

64 FEENCH NURSEEY RHYMES.

Elle fut à confesse,

Eh ! ron, ron, ron, petit patapon ;

Elle fut à confesse,

Pour demander pardon,

Eon, ron, Pour demander pardon.

    • Mon père, je m'accuse.

Eh ! ron, ron, ron, petit patapon ;

Mon père, je m'accuse

D'avoir tué mon chaton,

Eon, ron. D'avoir tué mon chaton.

— Ma fille, pour pénitence.

Eh ! ron, ron, ron, petit patapon ; Ma fille, pour pénitence. Nous nous embrasserons,

Eon, ron. Nous nous embrasserons.

— La pénitence est douce.

Eh ! ron, ron, ron, petit patapon ; La pénitence est douce. Nous recommencerons,

Eon, ron. Nous recommencerons."

FRENCH NURSERY RHYMES. 65

LE DÉJEUNER DU BOA. Si j'ai bonne mémoire, Eh! eh! eh! ah! ah! ah! Je vous dirai Thistoire De la petite Anna, Ah ! ah ! ah ! ah ! De la petite Anna.

C'était la fille unique, Eh! eh! eh! ah! ah! ah! D'un marchand qui, d'Afrique, En France l'amena^ Ah! ah! ah! ah! En France l'amena.

Anna, pour être heureuse, Eh! eh! eh! ah! ah! ah! Était trop curieuse; C'est bien vilain cela, Ah! ah! ah! ah! C'est bien vilain cela.

Voici qu'un jour son père, Eh! eh! eh! ah! ah! ah! Lui dit : " Je sors, ma chère, Ne regarde pas là, Ah! ah! ah! ah! Ne regarde pas là.'*

56 FRENCH NURSERY RHYMES.

L'épreuve était trop forte, Eh! eh! eh! ah! ah! ah! Anna poussa la porte, Et la porte céda, Ah! ah! ah! ah! Et la porte céda.

Quelle frayeur mortelle, Eh ! eh ! eh ! ah ! ah ! ah ! En voyant devant elle. Se dresser un boa, Ah! ah! ah! ah! Se dresser un boa !

Cette pauvre petite, Eh! eh! eh! ah! ah! ah! Crie en vain et s'agite, Appelant son papa. Ah! ah! ah! ah! Appelant son papa.

Elle en perdait la tête. Eh ! eh ! eh ! ah ! ah ! ah ! Et, d'un seul coup, la bête, Sans mâcher,^ l'avala,

1 Mâcher {v. a.), to chew.

FBENCH NURSERY RHYMES. 67

Ah ! ah ! ah ! ah ! Sans mâcher Tavala.

Trouvant sa fille à dire :

Eh l eh ! eh ! ah ! ah ! ah !

Le bon papa soupire :

<* Serpent, qu'as-tu fait là ?

Ah! ah! ah î ah!

Serpent, qu'as-tu fait là ? "

Vite on l'obhge à prendre, Eh ! eh ! eh ! ah ! ah ! ah ! Un boP qui lui fait rendre Tout ce qu'au ventre il a, Ah! ah! ah! ah! Tout ce qu'au ventre il a.

Anna sort de la gueule,^ Eh ! eh ! eh ! ah ! ah ! ah l Sans mal ; sa robe seule En chemin se foula,^ Ah! ah! ah! ah! En chemin se foula.

1 Bol (s. m.), bowl (or its contents). 2 Oueide (s./.), mouth, jaw (of animais). » Fouler {v. a.) , to crush, to tear.

58 FBENCH NUKSERY RHYMES.

La petite personne, Eh! eh! eh! ah! ah! ah! Trouva la leçon bonne, Et depuis s'amenda, Ah! ah! ah! ah! Et depuis s'amenda.

Prenez-la pour modèle, Eh ! eh ! eh ! ah ! ah ! ah ! Corrigez-vous comme elle, Mais sans passer par là. Ah ! ah ! ah ! ah ! Mais sans passer par là.*

1 Mais sans passer par là : but without meeting with a similai mishap.

LE CONJURATEUR ET LE LOUP.

H y a un loup dedans un bois, Le loup ne veut pas sortir du bois. Ah! je te promets, compère Brocard,* Tu sortiras de ce lieu-là. Ah ! je te promets, compère Brocard, Tu sortiras de ce lieu-là.

1 Broca/rd ou Broquart (s. m,), name given by huntsmen to wild Animais of one year old. '

BBENCH NUESEBY KHYMES. 59

Le loup ne veut pas sortir du bois, 11 faut aller chercher le chien. Ah ! je te promets, compère Brocard, Tu sortiras de ce Heu-là. Ah ! je te promets, etc.

Il faut aller chercher le chien, Le chien ne veut pas japper au loup. Le loup ne veut pas sortir du bois. Ah ! je te promets, compère Brocard, ïu sortiras de ce heu-là. Ah ! je te promets, etc.

Il faut aller chercher le bâton. Le bâton ne veut pas battre le chien, Le chien ne veut pas japper au loup, Le loup ne veut pas sortir du bois. Ah ! je te promets, compère Brocard, Tu sortiras de ce heu-là. Ah ! je te promets, etc.

Il faut aller chercher le feu, Le feu ne veut pas brûler le bâton. Le bâton ne veut pas battre le chien. Le chien ne veut pas japper au loup, Le loup ne veut pas sortir du bois. Ah ! je te promets, etc.

60 FRENCH NURSERY RHYMES.

H faut aller chercher de l'eau, L'eau ne veut pas éteindre le feu, Le feu ne veut pas brûler le bâton, Le bâton ne veut pas battre le chien, Le chien ne veut pas japper au loup, Le loup ne veut pas sortir du bois. Ah ! je te promets, etc.

Il faut aller chercher le veau, Le veau ne veut pas boire Feau, L'eau ne veut pas éteindre le feu, Le feu ne veut pas brûler le bâton, Le bâton ne veut pas battre le chien, Le chien ne veut pas japper au loup. Le loup ne veut pas sortir du bois. Ah ! je te promets, etc.

Il faut aller chercher le boucher, Le boucher ne veut pas tuer le veau. Le veau ne veut pas boire l'eau. L'eau ne veut pas éteindre le feu. Le feu ne veut pas brûler le bâton. Le bâton ne veut pas battre le chien. Le chien ne veut pas japper au loup, Le loup ne veut pas sortir du bois, Ah ! je te promets, Broquin-Brocard, Tu sortiras de ce lieu-là.

FRENCH NURSERY RHYMES. 61

Il faut aller chercher le conjurateur, Et le conjurateur veut, bien venir, Le boucher veut bien tuer le veau, Et le veau veut bien boire Teau, L'eau veut bien éteindre le feu, Le feu veut bien brûler le bâton. Le bâton veut bien battre le chien. Le chien veut bien japper au loup. Le loup veut bien sortir du bois.

Ah ! je te promets, compère Brocard, Tu sortiras de ce Heu-là, Ah ! je te promets, compère Brocard, Tu sortiras de ce lieu-là.

IL SORTAIT UN RAT DE SA RATTERIE.

n sortait un rat de sa ratterie. Qui fit rentrer la mouche dans sa moucherie, Kat à mouche. Belle, belle mouche. Jamais je n'ai vu si belle mouche.

Il sortit un chat de sa chatterie. Qui fit rentrer le rat dans sa ratterie.

62 FRENCH NURSERY RHYMES.

Chat à rat, Eat à mouche, Belle, belle mouche, Jamais je n'ai vu si belle mouche.

H sortit un chien de sa chiennerie, Qui fit rentrer le chat dans sa chatterie. Chien à chat. Chat à rat, Eat à mouche, etc.

Il sortit un loup de sa louperie, Qui fit rentrer le chien dans sa chiennerie, Loup à chien. Chien à chat, Chat, etc.

Il sortit un ours de son ourserie, Qui fit rentrer le loup dans sa louperie. Ours à loup, Loup à chien, Chien, etc.

Il sortit un Hon de sa Honnerie, Qui fit rentrer Tours dans son ourserie.

FRENCH NURSERY RHYME8. 63

Lion à ours, Ours à loup, Loup, etc.

II sortit un homme de son hommerie Qui fit rentrer le lion dans sa lionnerie/ Homme à lion, Lion à ours. Ours à loup, Loup à chien, Chien à chat. Chat à rat. Rat à mouche, Mouche, beUe mouche, Jamais je n'ai vu si beUe mouche.

LE ROI DE SAVOIE.

C'était le roi de Savoie, C'est le roi des bons enfants, H s'était mis dans la tête De détrôner le Sultan. Et rantanplan, gare, gare, gare, Et rantanplan, gare de devant.

64 FRENCH NURSERY RHYMES.

H s'était mis dans la tête De détrôner le Sultan ; Il composa une armée De quatre-vingts paysans. Et rantanplan, etc.

H composa une armée De quatre-vingts paysans ; H prit pour artillerie Quatre canons de fer-blanc, Et rantanplan, etc.

H prit pour artillerie Quatre canons de fer-blanc, Et pour toute cavalerie, Les ânes du couvent. Et rantanplan, etc.

Et pour toute cavalerie, Les ânes du couvent ; Ils étaient chargés de vivres Pour nourrir le régiment. Et rantanplan, etc.

Ils étaient chargés de vivres Pour nourrir le régiment ;

FBENCH NURSERY RHYMES. 65

Us montèrent sur une montagne : Mon Dieu, que le monde est grand ! . Et rantanplan, etc.

Us montèrent sur une montagne : Mon Dieu, que le monde est grand ! Us virent une petite rivière Qu'ils prirent pour l'Océan. Et rantanplan, etc.

Us virent une petite rivière Qu'ils prirent pour l'Océan ; En voyant venir l'ennemi : Sauve qui peut, aUons-nous-en! Et rantanplan, etc.

CADET ROUSSELLE.

Cadet Rousselle a trois maisons, Qui n'ont ni poutres^ ni chevrons,' C'est pour loger les hirondelles; Que direz-vous de Cadet EousseUe ?

Ah ! ah ! ah ! mais vraiment. Cadet Rousselle est bon enfant.

» Poutres (s. /. pi.), beams. 2 Clievrons {s. m. pi.), rafterB»

F

66 FRENCH NURSERY RHYMES.

Cadet Ronsselle a trois habits, Deux jaunes ; l'autre en papier gris ; H met celui-là quand il gèle, Ou quand il pleut et quand il grêle.

Ah! ah! ah! mais vraiment, Cadet Eousselle est bon enfant.

Cadet Eousselle a trois chapeaux, Les deux ronds ne sont pas très beaux; Et le troisième est à deux cornes,^ De sa tête il a pris la forme.

Ah ! ah ! ah ! mais vraiment. Cadet Eousselle est bon enfant.

Cadet Eousselle a trois beaux yeux, L'un regarde à Caen, l'autre à Bayeux; Comme il n'a pas la vue bien nette, Le troisième, c'est sa lorgnette.^

Ah ! ah ! ah ! mais vraiment, Cadet Eousselle est bon enfant.

1 Cornes (s.f.pl.), angles; chapeau à cornes: cooked hat. ' Lorgnette (s./.), eye-glass.

FRENCH NURSERY RHYMES. 67

Cadet Rousselle a une épée, Très longue, mais toute rouillée ; * On dit qu'elle ne cherche querelle Qu'aux moineaux et aux hirondelles.

Ah ! ah ! ah ! mais vraiment, Cadet Rousselle est bon enfant.

Cadet Rousselle a trois souKers, Il en met deux dans ses deux pieds ; Le troisième n'a pas de semelle,^ D s'en sert pour chausser sa belle.

Ah ! ah ! ah ! mais vraiment, Cadet Rousselle est bon enfant.

Cadet Rousselle a trois garçons, L'un est voleur, l'autre est fripon ; ^ Le troisième est un peu ficelle,* Il ressemble à Cadet Rousselle.

Ah ! ah ! ah ! mais vraiment. Cadet Rousselle est bon enfant.

» Bouillée {adj.f.), rusty. » Semelle (s.f.), soie (of a boot). • Fripon {s. m.), rogue, knave. * Ficelle (ad;.), tiicky.

68 FRENCH NURSERY RHYME8.

Cadet Eousselle a trois gros chiens, L'un court au lièvre, l'autre au lapin ; Le troisième s'enfuit quand on l'appelle, Comme le chien de Jean de Nivelle/

I Ah ! ah ! ah ! mais vraiment,

Cadet Eousselle est bon enfant.

Cadet Eousselle a trois beaux chats, Qui n'attrapent jamais les rats ; Le troisième n'a pas de prunelle,^ H monte au grenier ^ sans chandelle.

Ah ! ah ! ah ! mais vraiment, Cadet Eousselle est bon enfant.

Cadet Eousselle a marié Ses trois filles dans trois quartiers, Les deux premières ne sont pas belles, La troisième n'a pas de cervelle.

Ah ! ah ! ah ! mais vraiment, Cadet Eousselle est bon enfant.

1 Jean de Nivelle, eldest son of Jean II. de Montmorency, refused, in spite of the appeal of his father, to maxch against the Duke of Burgnndy, and took to flight, which lias given rise to the popular saying : " Il ressemble au chien de Jean de Nivelle, qtii s'enfuit quand on l'appelle." (Fifteenth century.) 2 Prunelle (s./.), eye-ball. s Grenier (s. m.), (granary), garret, attie.

FKENCH NURSERY RHYMES. 69

Cadet Rousselle a trois deniers, C'est pour payer ses créanciers ; Quand il a montré ses ressources, Il les resserre dans sa bourse.

Ah ! ah ! ah ! mais vraiment, Cadet Rousselle est bon enfant.

Jadet Rousselle s'est fait acteur, Comme Chénier s'est fait auteur ; Au café, quand iï joue son rôle. Les aveugles le trouvent drôle.

Ah ! ah ! ah ! mais vraiment. Cadet Rousselle est bon enfant.

Cadet Rousselle ne mourra pas. Car, avant de sauter le pas,^ On dit qu'il apprend l'orthographe. Pour faire lui-même son épitaphe.

Ah ! ah ! ah ! mais vraiment. Cadet Rousselle est bon enfant.

ï Sauter le pas : to take the leap.

70 FRENCH NURSERY RHYMES.

L'ÉCOLE DU MAITRE CORBEAU.

Jadis, quand les oiseaux possédaient la parole, C'est à maître Corbeau qu'on allait à l'école.

Écoute bien comme il parlait,

Et surtout fais ce qu'il disait.

— Ouvre les yeux et les oreiUes, Et ne baye pas aux corneilles.^

— Fais ta prière en te levant, Et commence en gentil enfant.

— Peigne-toi, lave-toi, savonne, frotte, frotte ; Mais proprement, et non en barbet qui barbote.^

— Travaille après déjeuner, et ne sois pas de ceux Qui toujours ont le bec ouvert avant les yeux.

— Offre, quand tu manges. Leur part aux bons anges ; Pour maître Corbeau Eéserve un morceau ; Laisse une loquette ^ Au chien, à minette ; Donne aux malheureux Tout ce que tu peux.

Bayer{v.a.),to gape ; corneilles (s.f.pl.), crows, rooks; hayer ava eorneilUs (fig.), to gape in the air. 2 Barboter {v. a.), to dabble, to muddle. * Loquette (s./.), a small pièce, a bit.

FRENCH NURSERY RHYMES. 71

— Pense à quatre choses sans cesse : Combattre la paresse, Apprendre la sagesse, Grandir en gentillesse, Faire tôt ce qui presse.

— Ménage tes habits, mais use des souliers : Pour grandir vite, il faut être toujours sur pied. — Tiens bien propres tes mains, ton visage et ton linge Qu'on ne te prenne pas pour quelque petit singe. — On ne tient pas ses mains dans ses poches, c'est laid ; Quelque cruchon à deux anses ' le fait.

Comme un petit ourson, ne suce pas ton pouce.

Car une fois fondu, jamais il ne repousse.

— Ce ne sont que les gens mal nés Qui fourrent leurs doigts dans leur nez.

— Apprends à bien parler, mais non pour faire rh-e, Comme le perroquet, qui parle sans rien dire.

— Aux honnêtes gens ôte ton chapeau ; Qu'on ne pense pas qu'il tient à la peau.

A table, sois modeste et mange avec réserve.

N'attaque pas les plats, attends qu'on te serve.

— Mange ta soupe, mais pas la fumée avec ;

Elle te brûlerait le bec.

1 Anse (s./.), handle.

72 FRENCH NURSERY RHYMES.

— Ne prétends pas manger ce qui te ragoûte ; Mange la mie ^ avec la croûte.

— Lève un œil au ciel quand tu bois, Nous n'y manquons pas une fois.

— Tiens ton assiette propre et mange au-dessus d'elle ; Mais ne l'écure ^ pas comme un chat son écuelle.^

— Bois peu, sans barboter, sans cliqueter des dents, Et sans tremper ton nez dedans.

— Ne laisse ni restes ni miettes ; Pourtant, n'avale pas les os ni les arêtes.*

— Ne tambourine ^ pas sur la table, excepté Lorsque l'on t'en priera pour la société.

— Ne montre pas un appétit sauvage ; Pense à la compagnie et fais-lui bon visage.

— Cache de tes cinq doigts ta bouche pour bâiller,* Ou ton voisin croira que tu veux l'avaler.

— De Balaam n'imite pas l'ânesse :

Pour prendre la parole attend qu'on te l'adresse.

— On tutoie un parent, un ami, mais pas tous ; Pour ne pas s'y tromper le chien dit toujours : vous.

— Pas de jeux de pieds sous la nappe, ^

Ou gare que le loup par là rôde ^ et te happe.^

' Mie (s./.), the crnmb, the soft part of the bread. ^ Ecurer {v. a.), to scour, to clean. s Écuelle (s./.), porringer. * Arêtes (s. /. pi.), fish-bones. 5 Tambouriner (v. a.), to drum. ^ Bâiller (v. a.), to yawn. 7 Nappe (s./.), table- cloth. ^ Rôder (v. a.), to roam, to roye, to prowl about. 9 Ha/pper {v. a.), to snap, {fig.) to catch.

FRENCH NURSERY RHYMES. 73

— Ne montre pas ta langue auxgens, pour te moquer, Car si passe le chat, il peut te la croquer.^

— Ne quitte pas la table avant que l'on se lève : Ensemble l'on commence, ensemble Ton achève.

— Fais ta prière après comme avant le repas ; L'âme, sans cela, ne profite pas.

— Mange à l'heure réglée et non pour te distraire, Comme fait le gourmand quand il ne sait que faire.

— La chatte te l'enseigne en refusant ton pain ; On ne doit pas manger sans faim.

— Ce que dit ta mère, Ce que veut ton père, Gentiment fais-le. Pourquoi ? Parce que.

— Repasse chaque soir l'emploi de ta journée, Et vois si pour cela Dieu te l'avait donnée. Quand tu vas te coucher, prie et dis bonne nuit, Et, pour croître en dormant, étends-toi dans ton lit.

Voilà ce qu'enseignait Corbeau, maître d'école, Quand les bêtes encore usaient de la parole. Pourquoi maître Corbeau se tait-il aujourd'hui ? Parce que nous savons tout cela mieux que lui.

1 Croquer (v.a.), to craunch.

74 FRENCH NURSERY RHYMES.

EXERCICES DE PRONONCIATION.

Celui-là n'est point ivre,

Qui trois fois peut dire :

Blanc, blond, bois, barbe grise, bois,

Blond, bois, blanc, barbe grise, bois.

Bois, blond, blanc, barbe grise, bois.

Quatre plats plats dans quatre plats creux, Quatre plats creux dans quatre plats plats.

Du pain sec et du fromage C'est bien peu pour déjeuner, On me donnera, je gage. Autre chose à mon dîner. Car, Didon dîna, dit-on. Du dos d'un dodu dindon.

Chat rit rôt, Eôt tenta chat. Chat mit patte à rôt, Eôt brûla patte à chat.

Kiz tenta le rat, Kat tenté tâta le riz.

FRENCH NURSERY RHYMES. 75

Lever à six, Déjeuner à dix, Dîner à six. Coucher à dix. Fait vivre l'homme dix fois dix.

Trente jours ont Novembre, Avril, Juin et Septembre ; De vingt-huit il en est un, Les autres en ont trente et un.

Bon vin, bon feu, bon crédit, bon renom.

Bonne santé, bon ami, bon présent, bon chapon^

Sont toujours de saison.

Rouge le soir, blanc le matin, C'est la journée du pèlerin ; Blanc le soir, rouge le matin, Fait tourner la roue au moulin.

Ces cerises sont si sures ^ qu'on ne sait si c'en sont.

Swre (ad;./.), BOUT.

76 FRENCH NURSERY RHYMES.

Quand un cordier cordant veut accorder sa corde, Pour sa corde accorder trois cordons il accorde ; Mais si l'un des cordons de la corde décorde, lie cordon décordant fait décorder la corde.

Combien ces six saucissons-ci ? Six sous ces six saucissons-ci.

Voici six chasseurs sachant chasser.

— " Gros gras grain d'orge, quand te dégrogragraind'orgeriseras-tu ?

— Je me dégrogragraind'orgeriserai quand tous les autres gros gras grains d'orge se dégrogragraind'orgeriseront. "

Pie à haut nid, Caille à bas nid, Ver n'a os. Rat en a, Chat en a. Taupe aussi.

FRENCH NURSERY RHYMES. 77

Vent a-t-il pied, Poule a-t-elle nez, Eat a-t-il aile, Beurre a-t-il os ?

Félix porc tua, Sel n'y mit, Ver s'y mit, Porc gâta.

ENIGMES.

1. Devinette, devinette, devinez-moi :

Vingt-quatre cavaliers, tous de bonne foi ; Braves gaillards, toujours frais et dispos, Font bien du bruit, mais sans jamais dire mot. Cinq capitaines leur servant d'interprètes, Leur font tantôt soit milieu, queue ou tête. A son devoir chacun d'eux est fidèle, Et vite se rend où son maître l'appelle. Capitaines et soldats, nommez-les-moi, On vous le donne et en deux et en trois.

78 FRENCH NURSERY RHYMES.

2. Trou qui a cinq ouvertures ; Devinez -moi l'aventure.

3. Cinq voyelles, une consonne,

En français composent mon nom, Et je porte sur ma personne De quoi l'écrire sans crayon.

4. A l'enterrement ou à la fête. Je marche toujours sur la tête.

6. En hiver je te chauffe ton nid, Au printemps je te réjouis, Et en été je te rafraîchis, Puis en automne je te nourris,

6. Je suis un mot léger formé de cinq voyeUes : Une s est le seul nid qui les unit entre elles.

7. Quelle est la mignonne maison Qui n'a ni fenêtre ni porte ? Pour que le petit maître en sorte Il faut qu'il perce la cloison.

8. QueUe est la chose, Mes petits enfants,

FRENCH NUBSERY RHYMES. 79

Qui se compose De sept vêtements, Et qui fait pleurer tous les gens ?

9. Je n'ai ni langue ni cœur ; Pourtant je parle et pleure ; Et qu'on naisse ou qu'on meure, On m'entend à toute heure.

10. Blanc comme neige, neige n'est pas ; Vert comme pré, pré n'est pas ; Eouge comme sang, sang n'est pas ; Et tous les enfants en font cas.

11. On le diminue en y ajoutant ; On l'agrandit en en ôtant.

12. Je suis ce que je suis,

Et je ne suis pas ce que je suis, Car si j'étais ce que je suis. Je ne serais pas ce que je suis.

13. Connaissez-vous le solitaire, Qu'on ne trouve jamais chez lui, Quoiqu'il n'en soit jamais sorti ; Qui n'eut un maître ni grammaire.

80 FRENCH NURSERY EHYMES.

Et parle avec n'importe qui Toutes les langues de la terre, Sans jamais faire un quiproquo ?

C'est...

14. De neuf moineaux perchés sur une branche

d'arbre, on en tue trois ; combien en reste-t-il ?

15. Ah ! tu seras bien fine.

Si jamais tu devines Pourquoi les moutons blancs Mangent plus que les noirs ? Si jamais tu l'apprends, Gardes-en bien la mémoire.

16. Dis-moi de grâce quelle est la chose, Qui nuit et jour ne se repose ?

17. Tantôt claire, tantôt obscure. Deux jours n'est de même nature.

18. Six pieds, quatre oreilles, Deux bouches, deux fronts. Quelle bête est-ce donc ?

FRENCH NURSERY RHYMES. 81

19. Mon premier est un métal précieux, Mon second un habitant des cieux, Et mon tout un fruit délicieux.

20. Vert comme pré, Blanc comme neige, Amer comme fiel, Doux comme miel.

21. Je viens sans qu'on y pense, Je meurs en ma naissance, Et celui qui me suit

Ne vient jamais sans bruit.

22. Ouvrez bien votre comprenette. Enfants, c'est une devinette.

On l'apporte, il est tout petit.

Gare ! sans dents même il peut mordre.

De colère il rougit, blanchit,

Sous le fer voyez-le se tordre.

Dans sa cage on le fait entrer ;

Vite sur sa proie il se rue.

On l'entend rugir et craquer.

Il grossit, grandit à la vue.

  1. Couchette (sj*.), dim. of couche, bedstead.