Page:The Raven; with literary and historical commentary.djvu/64

From Wikisource
Jump to: navigation, search
This page has been proofread, but needs to be validated.
50
Translations.

Lors, j'ouvris la fenêtre et voila qu'à grand bruit,
Un corbeau de la plus merveilleuse apparence
Entra, majestueux et noir comme la nuit.
II ne s'arrêta pas, mais plein d'irrévérence,
Brusque, d'un air de lord ou de lady, s'en vint
S'abattre et se percher sur le buste divin
De Pallas, sur le buste à couleur pâle, en sorte
Qu'il se jucha tout juste au-dessus de ma porte,

II s'installa, puis rien de plus!


Et comme il induisait mon pauvre cœur amer
A sourire, l'oiseau de si mauvais augure,
Par l'âpre gravite de sa poste et par l'air
Profondement rigide empreint sur la figure,
Alors. me décidant à parler le premier:
"Tu n'es pas un poltron, bien que sans nul cimier
Sur la tête, lui dis-je, ô rôdeur des ténèbres,
Comment t'appelle-t-on sur les rives funèbres?"

L'oiseau répondit: "Jamais plus!"


J'admirai qu'il comprit la parole aussi bien
Malgré cette réponse a peine intelligible
Et de peu de secours, car mon esprit convient
Que jamais aucun homme existant et tangible
Ne put voir au-dessus de sa porte un corbeau,
Non, jamais ne put voir une bête, un oiseau,
Par un sombre minuit, dans sa chambre, tout juste
Au-dessus de sa porte installé sur un buste,

Se nommant ainsi: Jamais plus!