Pulaski's Letters to George Washington

From Wikisource
Jump to: navigation, search
Two Letters by General Pulaski to George Washington in the Winter of 1778
by Casimir Pulaski



Trenton le 27 Fevr. 1778.

Sir

Je renvois La Letre du General Wayne qui m’a honoré de Son Ordre pour Le joindre a Mount Holly je L’ais repondû que çela ne se pouvoit pas vû que la Cavalery restente avec moi forme un peti nombre pour Les Services et quentout je ne trouverais pas plus de 18 Homs de quels jais envoie Les melieurs sur Le chemins de Philadelphie pour assurè les passages du Transport des Beuvs qui marche pour LArmè Je suis biein aise Mon General de Vous demender Si etant le General Brigadie plus Jeune que les autres je suis Soumis à leurs ordres particuliers çet eclaircicement m’est necessaire je sais que dans L’autres Services celui qui Comende La Cavalerie nest Soumi qu’a Chef de L’Armé. Ainsi entrant aux Services j’ais crû de Vous Seul de prendr Si ce autrement il m’import que je Sois instrui. Je suis avec Respect de Votre Excelence le tres humble et tres obessent Serviteur

C. Pulaski

Gn. of Cav.

La Partie aupre Germenton que V. Ex. mordoner de rélevé devoit etre remplaçe par les Milicieins de cette Province Le Gouverneur m’a amusé jusque au dernieur moment apresent il doit encor tenire la Conseille pour doné la dernieure resolucion ainsi le retard ne vieint de moi et Sil faudra cette releve de notre Cavalerie elle lassemblira tres fort vu que l’Enemi a pris deja un Mesure et conoissant tous Les environs et notre faible trouvera toujour le Moyeins de se deffaire de Nou Cavaliers ce qu’il decourage boucoup Le Notre et enhardi l’Enemi jauserais representer a V. E. qu’il serait mieux de faire retirer notre Cordon jusque a une distance et tenire differentes partie de La Milice Sur les differentes Routs quelles se post.. en ariere anveroient plus pret de La Ligne de Lenemis ses patrouils, onpourra meme faire quon aj à chaque partie 3 ou 5 Milicieins à cheval ce nest pas difficil pa.. il y a peu de Milicieins quils n’.. Leurs chevaux, et chaqun aime mieux Montér à Cheval que Marche a pied, j attends toujours les ordres de V. E.


Berlington [N.J.] le 28 Fevrie à Minuit 1778

Sir

Jais l’honeur de Vous rapporter qu aiant rassemble toute La Cavalerie du Regiment Blan et de detachement que jais eu avec moi jais trouvè 44 Cavalie 5 bas Officiers pour les Services et quoique ils ne sont 698 pas dans le melieur etat jais marchè avec eux vers L’Enemi mais come le chemin est insuport.. je suis force de Passe la Nui a burlington de demain je Comte de reconoitre L’Enemi et jagirais de Consequence. je verrais le General Wayne et je concetrais avec lui je ne negligerais rieins que le biein du Service exigera mais pour etre sou Ses ordres je ne m’attends pas, je servirais neenmoins à mon prejudice à linteres Publique.

Aprè quois je tacherais Mon General de diminuer Vos embaras sur mon Comte me demetant de ma charge dont Le Congres ma honoré par Votre recomendacion.

J’envoiais d’ici deux batots armes sur Ancokes krik pour observé par la Riviere L’approche de LEnemi qui se trouvait a deux Heures apre midi sur quatres differents Batiments à L’endroit quon apele Sene Merize. Je repets à V. Excelence la plus grande Necessité de Soigne les besoins de La Cavalerie Elle manque dé tout j’aurais desire de faire aumoins bieins equipé Le Regiment de Blan avec les Lenceurs mais come cela mest deffendû il faut quon prene d’autres Mesures sans s’abandone trop sur les Colonels quis certainement seront hors d’Etat de remplire Leurs Objet, ce nest pas pour moi que je parle, je ne Comte davoire Lhoneur d’etre a la tete de cet Corps la Campagne Prochaine, mais Come je Serais toujours ami de L’interes des Ameriqueins, je suis forçe de dire ma façon de Pensè plus si apre Moi Le Comendement sera doné au Colonel Moilen, toute la Cavalerie sera en meme Etat que Son Regiment, Le Colonel Blan est un Activs Officier il Lui Convieidra cette charge, et Monsieur Moilen pourra etre contenté d’une autre chose je dis ce que je crois etre necessaire et jais Lhoneur d’etre avec respect de Votre Excelence Les tres humbl et tres obeissent Serviteur

Casimir Pulaski