Page:Ornithological biography, or an account of the habits of the birds of the United States of America, volume 1.djvu/548

From Wikisource
Jump to navigation Jump to search
This page has been validated.
8
EXTRACTS FROM REVIEWS.
Extract from a Report made to the Royal Academy of Sciences of
Paris. By Baron Cuvier.

L'Academie m'a chargé de lui rendre un compte verbal de I'ouvrage qui lui a été communiqué dans une de ses précédentes séances par M. Audubon, et qui a pour objet les oiseaux de l'Amerique Septentrionale. On peut le caractériser en peu de mots, en disant que c'est le monument le plus magnifique qui ait encore été élevé à l'ornithologie.

L'auteur, né à la Louisiane, et qui s'est adonné dès sa jeunesse à la peinture, est venu, il y a 25 ans, se perfectionner dans son art à l'ecole de David. Retourné dans son pays, il n'a cru pouvoir faire de son talent un usage plus utile, que de le consacrer à la representation des productions les plus brillantes de cet hémisphère. L'observation scrupuleuse nécessaire à des images telles qu'il voulait les faire, l'a bientôt rendu naturaliste.

C'est en sa double qualité d'artiste et de savant, qu'il a produit l'ouvrage qui a été mis sous les yeux de l'Academie. Vous avez été frappés d'un format égal ou supérieur a ce qui a été publié de plus grand en ce genre, et qui approche des doubles planches de la description de l'Egypte. Cette dimension extraordinaire lui a permis de rendre des espèces de la taille de I'aigle et du tétras dans leur grandeur naturelle, et de multiplier celles qui sont moins volumineuses de manière à les représenter dans toutes les attitudes.

Il a pu aussi représenter sur les mêmes planches, et de grandeur naturelle, les végétaux sur lesquels ces oiseaux se tiennent le plus habituellement, et donner dans le plus grand détail leurs nids et leurs œufs.

L'exécution de ces planches, si remarquables par leur grandeur, nous parait avoir également bien réussi, sous le rapport du dessin, de la gravure et du coloris, et quoiqu'il soit difficile à I'enluminure de rendre les reliefs avec autant d'effet, qu'à la peinture proprement dite, ce n'est pas un inconvenient pour des ouvrages d'histoire naturelle; les naturalistes préfèrent la couleur propre des objects, á ces teintes accidentelles, résultat des diverses inflexions de la lumière, nécessaires