The Disgrace of Great Britain accomplished!

From Wikisource
Jump to navigation Jump to search
Englishfrançais


The Disgrace of Great Britain accomplished! Canada Sold and Given Away! The Rebellion Losses Bill Passed. The Governor pelted with Rotten Eggs!

This afternoon it was generally rumoured in town the Governor-General would proceed to the House, and give his sanction to certain Bills; but it never was supposed the Rebellion Losses' Bill would be one of them.

Ashamed of the part he was about to act, and expecting to steal a march upon the public feeling, Lord Elgin sneaked down to the House an hour after the time appointed, and after it was believed he had given up his intention he made his appearance in the Chamber oF the Legislative Council.

After assenting to several Bills of little importance, the Clerk read, with as little desire to attract attention as possible,

The Rebellion Losses Bill!

And to the eternal and damnable disgrace of Great Britain,

Rebellion is the Law of the Land!

The announcement was received with groans and stamping of feet. There were several other Bills to be assented to afterwards; but the galleries, in disgust, rushed from the Council Chamber, "muttering curses both loud and deep," — curses which will bear effect some other day.

"The few persons who had collected outside, on learning what had passed, burst into yells, hootings and groans, for "the last Governor of Canada."

When Lord Elgin — he no longer deserves the name of Excellency — made his appearance on the street to retire from the Council Chamber, he was received by the crowd with hisses, hootings, and groans. He was pelted with rotten eggs; he and his aide-de-camps were splashed with the savory liquor; and the whole carriage covered with the nasty contents of the eggs and with mud. When the eggs were exhausted stones were made use of to salute the departing carriage, and he was driven off at a rapid gallop amidst the hootings and curses of his countrymen.

The End has begun.

Anglo-Saxons! you must live for the future. Your blood and race will now be supreme, if true to yourselves. You will be English "at the expense of not being British." To whom and what, is your allegiance now? Answer each man for himself.

The puppet in the pageant must be recalled, or driven away by the universal contempt of the people.

In the language of William the Fourth, "Canada is lost, and given away."

A Mass Meeting will be held on the Place d'Armes this evening at 8 o'clock. Anglo-Saxons to the struggle, now is your time.

L. J. Demers & Frères (p. 544-546).
(EXTRA DE LA GAZETTE.)


“ La disgrâce de, la Grande-Bretagne consommée.

« Le Canada vendu et abandonné.

« Le bill des pertes de la rébellion passé.

« Œufs pourris lancés sur le gouverneur ! ! !


« Cet après-midi il circulait une rumeur en ville que le gouverneur général se rendrait à la Chambre et donnerait la sanction à certains bills ; mais on ne pouvait pas supposer que le bill de l’indemnité des pertes de la rébellion serait du nombre.

« Honteux du rôle qu’il allait jouer, et espérant en imposer au sentiment public, lord Elgin vint ramper dans la Chambre une heure après le temps marqué ; et quand on eut pu croire qu’il avait changé d’intention, il se montra dans la chambre du Conseil législatif. Après la lecture de plusieurs bills de peu d’importance, le clerc lut d’un ton qui n’annonçait pas le désir d’attirer l’attention du public :

« Le BILL DES PERTES DE LA RÉBELLION.

« Et, à la honte éternelle et damnable de la Grande-Bretagne,

« LA RÉBELLION EST LA LOI DU SOL !

« Le bruit de ce fait a été accueilli par des cris de rage et des battements de pieds. Plusieurs autres bills ont reçu la sanction royale après cela ; mais les galeries se vidèrent par dégoût, "murmurant et maugréant tout haut et tout bas", malédictions qui auront effet quelque autre jour.

« Les personnes qui s’étaient assemblées dans les environs, apprenant ce qui venait de se passer, éclatèrent en hurlements, cris de rage et d’indignation contre le "dernier gouverneur du Canada". Quand lord Elgin (il ne mérite plus le titre d’Excellence) reparut dans les rues, en sortant de la chambre du Conseil, il fut reçu par les sifflets, les grognements et les cris d’indignation de la foule. On lui lança des œufs pourris, et lui et ses aides de camp furent arrosés de cette liqueur savoureuse, et toute la voiture fut couverte du contenu dégoûtant des œufs et de boue. Quand la provision d’œufs fut épuisée, on se servit de pierres pour saluer le départ de la voiture, et il fut emmené au galop au milieu des malédictions de ses compatriotes.

« LA FIN A COMMENCÉ.

« Anglo-saxons ! vous devez vivre pour l’avenir ; votre sang et votre race seront désormais votre loi suprême, si vous êtes vrais à vous-mêmes. Vous serez Anglais, "dussiez-vous n’être plus Britanniques". À qui et quelle est votre allégeance maintenant ? Que chaque homme réponde pour lui-même.

« La poupée du spectacle doit être rappelée, ou repoussée par le mépris universel du peuple.

« Dans le langage de Guillaume Quatre, "LE CANADA EST PERDU ET LIVRÉ", une multitude doit s’assembler sur la place-d’armes, ce soir, a huit heures.

« AU COMBAT, C’EST VOTRE TEMPS. »