Lustra/Dans un Omnibus de Londres

From Wikisource
Jump to navigation Jump to search


Dans un Omnibus de Londres

Les yeux d'une morte aimée
M'ont salué,
Enchassés dans un visage stupide
Dont tous les autres traits étaient banals,
Ils m'ont salué

Et alors je vis bien des choses
Au dedans de ma mémoire
Remuer,
S'éveiller.

Je vis des canards sur le bord d'un lac minuscule,
Auprès d'un petit enfant gai, bossu.

Je vis les colonnes anciennes en "toc"
Du Parc Monceau,
Et deux petites filles graciles,
Des patriciennes,
aux toisons couleur de lin,
Et des pigeonnes
Grasses
comme des poulardes.


Je vis le parc,
Et tous les gazons divers
Où nous avions loué des chaises
Pour quatre sous.

Je vis les cygnes noirs,
Japonais,
Leurs ailes
Teintées de couleur sang-de-dragon,

Et toutes les fleurs
D'Armenonville.

Les yeux d'une morte
M'ont salué.