Page:Folk-lore - A Quarterly Review. Volume 22, 1911.djvu/535

From Wikisource
Jump to navigation Jump to search
This page needs to be proofread.


Reviews. 499

a I'infini. De sorte que le schema de I'oeuvre rappelle un arbre genealogique a ramifications d'autant plus nombreuses que la fron- daison s'etend; pour revenir a I'un ou a I'autre des points deja examines, il suffit de suivre le rameau, la branchette, la branche, le tronc, et de remonter d'un autre cote.

Ceci n'est pas une methode, mais un simple procede litteraire, une technique d'exposition. Qu'il en existe d'autres, cela va de soi ; et quiconque, ayant un livre a ecrire, etablit son plan doit au prealable se decider pour ce procede Ik ou pour tel autre qu'il jugera plus conforme au but poursuivi. Le critique a a examiner si le plan adoptd a ete conserve, s'il a ete execute en son entier, et si le but a ete atteint. Que M. Frazer soit sans reproche, qui- conque connait la haute conscience avec laquelle il travaille le congoit sans peine.

Mais le systeme d'explications a I'aide des paralleles est-il admissible, a-t-il une valeur de demonstration reelle? C'est ici que les critiques et les savants ne sont plus d'accord. J'elirai- nerai d'abord une objection que vient de formuler un professeur a I'universite d'Utrecht, M. Visscher : il dit qu'il considere ces ouvrages de collection a la mode anglaise comme inutiles et meme nuisibles parce qu'ils empechent de recourir aux documents originaux. Ceci est tout simplement enfantin. Car M. Frazer n'empeche pas, mais au contraire facilite ce recours aux sources puisqu'il donne toujours en note tous les renseignements biblio- graphiques avec un soin raeticuleux qui parfois semble meme penible. Nuire a qui ? Au jeune homme qui voudra ecrire, pour un journal ou une revue, un article anecdotique? Encore se peut-il que ce jeune homme aille tout de meme dans une biblio- theque chercher des complements de detail et devienne ainsi une recrue nouvelle pour nos sciences. Le grand merite des ouvrages de collection est done de vulgariser d'une maniere sincere et directe les resultats des enquetes ethnographiques locales. Quant aux savants, ils ont leur bibliotheque et leurs propres sujets de recherche ; ils ne se laisseront pas detourner de I'etude des sources par des resumes ; ils seront reconnaissants a M. Frazer, je parle par experience, de fournir des points de depart soit documentaires soit bibliographiques. On rencontre souvent en chemin quelque point secondaire dont il faut indiquer le sens exact ou signaler