Page:Folk-lore - A Quarterly Review. Volume 22, 1911.djvu/538

From Wikisource
Jump to navigation Jump to search
This page needs to be proofread.


502 Reviews.

ces residus entre eux qui permettra la systematisation proprement scientifique.

M. Frazer et les savants anglais cites, et avant eux Mannhardt et Bastian, cherchent a determiner des generalites et des concor- dances. Ce travail est ardu et difficile, parce que les facteurs qui interviennent dans la formation et le developpement des mentalites, des civilisations et des societes humaines sont en nombre consider- able et sont toujours complexes, de sorte que quand I'auteur veut decrire et interpreter, il se heurte a des difficultes materielles d'exposition. II faut bien se dire qu'un fait social ou mental ou culturel n'est pas comrae une feuille de papier mince qu'il suffit' de retourner alternativement sur ses deux faces pour la definir et la decrire. Mais ce fait est comme un diaraant taille en rose, a facettes innombrables et differentes. Encore y a-t-il toujours plusieurs facettes qui restent cachees a I'observateur et d'autres qui paraissent simples, mais qui sont decomposables a leur tour en facettes plus petites a I'aide d'un nouvel instrument invente tout expres et plus puissant,

Le Golden Bough est un magnifique essai de description de plusieurs de ces diamants. Ceux qui preferent se contenter d'etudier une unique facette leur vie durant, ou seulement un ou deux diamants, sont libres : leur travail sera utile, il est meme necessaire. Mais ce qu'on leur denie, c'est le droit de critiquer ou de bafouer ceux qui ont une ambition plus haute. L'ambition de M. Frazer est precisement plus haute, et il n'y a qu'a Ten remercier.

Ce qui ne signifie certes pas que je sois d'accord avec I'auteur dans chaque discussion de detail, ni que ses preuves ne m'ap- paraissent souvent que comme des presomptions. Dans la Preface a la troisieme edition, M. Frazer a d'ailleurs bien soin de dire qu'il ne considere aucune de ses generalisations comme valable d'une maniere universelle et absolue, mais qu'il a etudie dans leur evolution probable diverses categories de faits bien definies. C'est I'attitude qui convient.

En ce qui concerne les rapports de la religion et de la magie, divisee en sympathique et en contagieuse, je m'en tiens aux idees que j'ai exprimees en rendant compte de The Early History of the Kingship. On pourrait aussi distinguer une magie allopathique,